RSS

RSS



 

 

 Midnight Sun feat. Im Chul Hei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

avatar




Posté le Lun 11 Nov - 7:10


C’était la nuit et tout était calme. On en entendait facilement le bateau qui fendait paresseusement les vagues. Il semblait à Min Hwan qu’il aurait pu se laisser bercer par ce son pendant des heures et des heures sans jamais s’en lasser. On ne sentait pas le mouvement sur ce paquebot immense, mais il n’avait pas non plus le mal de mer, au contraire. Parfois, pendant ses heures de pose, il se dirigeait vers le fond du bateau, où on sentait un peu les vagues et ça aussi, ça le berçait. En fait, il savait qu’il voudrait forcément reposer pied à terre pour de bon un jour ou l’autre mais pour le moment, cette vie le comblait entièrement. Personne n’avait idée à quel point ici, il se sentait libre de toutes les contraintes que son pays lui avait parfois imposé. Il était libre d’être lui-même, peu importe ce que ça signifiait. Les gens ne faisaient souvent pas attention à ses airs efféminés. On était en vacances perpétuelles, ici. Et ça changeait tellement tout le monde. Il y avait aussi les étrangers, plus ouverts d’esprits pour la plupart.

Min Hwan ne dormait pas encore, mais ce n’était pas de l’insomnie. Il n’en faisait plus depuis son arrivée sur le Paradise Place. En fait, c’était plutôt un choix. Celui de respirer l’air salin et de profiter de la quiétude des lieux. En le voyant se poser sur le bord de la piscine, jambes dans l’eau jusqu’à ses mollets presque trop graciles pour être ceux d’un homme, un employé de la sécurité qui passait par là s’était approché pour s’assurer qu’il ne sauterait pas à l’eau sans surveillance et avec un sourire doux, Hwan Su lui avait assuré qu’il comptait seulement profiter un peu de l’air salin tout en jouant aux échecs avant de rentrer. Il avait bien proposé une partie au garde, mais ce dernier avait semblé mal à l’aise avant de devoir admettre qu’il ne savait pas comment jouer ! Et malgré l’insistance de Hwan Su, qui était prêt à lui montrer, l’homme avait fini par partir. Ah... les gens sous-estimaient ce jeu qui en révélait pourtant beaucoup sur la personnalité de celui qui contrôlait les pions !

Alors plutôt que de sortir son jeu d’échecs portatif de son sac, Hwan Su avait plutôt pris son iPad, ouvrant son jeu d’échec favori. Celui-ci calculait de façon réelle son score Elo et ça le ravissait parce que le nombre avait augmenté de deux points depuis un mois ! Il en était à 2189, ce qui était merveilleux pour un jeune joueur comme lui...! Les grands champions se classaient à 2800, environ. Que huit d’entre eux avaient dépassés la barre des 2800 en fait et... ah... Oui, ce jeu le passionnait un peu trop. Il en était à la fin de sa première partie contre l’ordinateur lorsque soudainement, il sursaute. Son iPad est retenu de justesse contre son torse alors qu’il l’échappe presque sous la surprise ! Quelqu’un venait de plonger dans la piscine et concentré comme il l’était, le blondinet ne l’avait même pas entendu ! Ça le frustre un peu deux secondes, parce qu’à être dissipé comme ça, il allait s’attirer des ennuis.

Mais l’homme qui surgit soudainement de sous l’eau lui fait oublier toute récrimination deux secondes. Un Coréen qu’il n’avait jamais vu, parce qu’il s’en souviendrait... Ses muscles fins roulaient sous sa peau mate alors qu’il tourne un regard outrageusement allongé vers lui. Eh bien ça... Hwan Su a un petit sourire pour lui, malgré tout.

« Vous m’avez fait peur ! », s’exclame doucement Hwan Su sur un ton de réprimande un peu capricieux malgré tout. C’est qu’il avait son sale petit caractère...! « Vous ne devriez pas vous baigner à cette heure. Aucun secouriste n’est ici, si jamais un accident arrivait... »

Il répétait un peu ce que le garde de la sécu lui avait dit, mais c’était on ne peut plus vrai ! Sauf que cet homme-là semblait se ficher comme de l’an quarante de ce genre de considération. Et en même temps, si ça n’avait pas été le cas, il y aurait pensé à deux fois avant de sauter à l’eau, n’est-ce pas ? En tout cas, le beau brun semblait être aussi surpris que lui de le voir là. Un point partout. Ou nulle part, allez savoir.

« Je ne dirai rien... mais ne m’attirez pas d’ennuis. Je ne veux pas perdre ce job. », convient finalement Hwan Su avant d’en revenir deux secondes à son jeu d’échecs... mais la concentration n’y était plus vraiment et il retient son doigt juste à temps, tout près de faire une erreur monumentale. Alors dans un petit soupir un peu impatient, il pose la tablette sur ses genoux. « Je m’appelle Hwan Su. »

Invitation muette à l’autre de se présenter. Ah et...

« Et je suis une vraie pipelette mais si vous retournez sous l’eau, vous ne m’entendrez pas. »

Sous-entendant qu’il ne se tairait pas parce que l’homme le lui demanderait ! Diva un jour, diva toujours, sûrement !


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 10/11/2013
Notes : 178
Age : 25
Sur le bateau je squatte : Sun Desk


Posté le Mer 13 Nov - 2:01

La nuit était tombée depuis un bon moment déjà, le bateau semblait comme assoupi, jouissant de la torpeur du bien heureux dormeur. Bien évidement qu’il restait quelques oiseaux de nuit à arpenter le navire, et Chul Hei faisait parti de ceux-là. Lorsque le ciel revêtait sa plus belle tenue de soirée, il n’était pas rare de voir le styliste le regard tourné en direction des rivières de diamants nimbant la voûte céleste. Les étoiles étaient de fascinants objets d’observation,  à des années lumières de la Terre et pourtant, chaque nuit elles étaient présentes à l’appel nocturne. Elles se jouaient également bien des pauvres mortels car  continuant à exister de part leur rayonnement dans l’imaginaire collectif, tandis qu’à des années de là la belle était déjà disparue. Soudain, une lubie prit le jeune homme qui était encore plongé dans la contemplation de constellations depuis sa cabine, du moins sa suite, une baignade nocturne lui fit soudainement envie. Il fallait bien qu’il marque le coup de son arrivée sur cette croisière non?

Bien décidé à assouvir son envie du moment, le jeune styliste partit à la recherche d’un short de bain noir assez court dans ses valises, pas encore tout à fait défaites, qu’il enfila en dessous de son bermuda. Ceci une fois fait, il sortit de sa cabine, serviette sur l’épaule, et marcha calmement dans les longs couloirs, laissant son esprit vagabonder à sa guise dans les méandres de ses pensées. Il se demanda depuis combien de temps il n’avait pas appuyé sur le frein contrôlant la vitesse de sa vie. Mais, n’était-ce pas ainsi qu’il aimait vivre? À cent à l’heure, profiter à 1000% de chaque instant présent, il aurait tout le temps de se reposer lorsqu’il serait un vieillard apathique cloué dans sa chaise roulante. Pour le moment il était dans les plus belles années de sa vie, tout ce qu’il entreprenait lui souriait, alors pourquoi donc gâcher de ce temps si précieux? Tout à ses pensées il fut surprit de voir qu’il était arrivé à destination.

Les poumons de Chul Hei prirent une grande bouffée d’air marin, un délice, cette sensation iodé amenant l’océan à votre être comme si vous étiez plongé dans de ce dernier. La brise était douce, permettant une baignade agréable, au pire, cette tête brûlé aurait tout de même sauté à l’eau… Une fois sa cible verrouillée, comprendre l’une des piscines du paquebot, le styliste accéléra le pas tout en commençant à enlever son haut. Son bermuda subit rapidement le même sort, et sans cérémonie il plongea dans l’étendue aqueuse avec plaisir. Lorsqu’il vint à manquer d’air il refit surface, c’est alors qu’une voix agréable le réprimanda « Vous m’avez fait peur! ». Ce qui ne manqua pas de le faire sursauter, comment avait-il pu ignorer la présence du jeune homme. Son emportement le rendrait toujours aussi aveugle, il rit presque pour lui-même et son compagnon de « trempette » continua sur ça lancé « Vous ne devriez pas vous baigner à cette heure. Aucun secouriste n’est ici, si jamais un accident arrivait… ».

Chul Hei avait alors rejoint la bordure où se trouvait une créature délicieuse aux jambes diaphanes, la chance était au rendez-vous ce soir… Il répondit un sourire mi taquin, mi séducteur « Et bien…. si je venais à me noyer, je pourrais espérer un bouche-à-bouche non? Je ne serai pas à plaindre dans ce cas là…. » Il ponctua sa phrase d’un regard pénétrant, le styliste n’était pas du genre à tourner autour du pot, et bien souvent ce côté direct plaisait… « Je ne dirai rien…mais ne m’attirez pas d’ennuis. Je ne veux pas perdre ce job. ». Le jeune homme se demanda bien ce qu’était en train de trafiquer le blond sur son I-pad, ce dernier finit par soupir et pose l’objet sur ses genoux. « Je m’appelle Hwan Su. Et je suis une vraie pipelette mais si vous retournez sous l’eau, vous ne m’entendrez pas. »

Ainsi il était tombé sur une sorte de petite diva, il se retint de pouffer, son vis-à-vis pouvait bien se le permettre, son apparence plus qu’agréable comblait largement ce petit défaut. Quoique…si l’on pouvait parler de défaut, Chul Hei ayant toujours préféré les forts caractères…  «  En somme, je n’ai pas le choix…Quel chance, je ne suis pas du genre à ignorer une personne, j’ai tout de même un peu de savoir vivre…. Il sortit son plus beau sourire et répondit enfin au questionnement muet du prénommé Hwan Su. Chul Hei, voici le prénom du fou qui vient troubler ton petit bain de pied, ça ne te dérange pas que je te tutoies hein? Je trouve que c’est froid, pas toi? »

Chul Hei prit alors appui sur ses mains et se hissa sur le rebord afin de s’installer non loin du jeune homme, tout en prenant garde de ne pas mouiller sa tablette. Ce rapprochement n’était aucunement innocent, le styliste savait sa plastique irréprochable, alors autant faire tourner la tête de cette charmante créature….  « Hum sinon, tu as parlé de travailler ici, à quel poste officies-tu? Je suis-sûre qu’avec d’aussi belles mains que tu es un masseur ou une chose du genre non? En tous cas je suis, il laissa sa voix traîner sur ce mot, ravi de faire ta connaissance Hwan Su… »


Invité

avatar




Posté le Sam 23 Nov - 5:35


Ah, visiblement, Hwan Su n’avait pas été le seul à avoir eu une petite frayeur. Le bel inconnu avait lui aussi sursauté, ce qui fait brièvement rire le blondinet. Excusez-le, mais c’était une petite revanche, là comme ça ! En tout cas, malgré tout on ne pouvait pas dire que l’homme perdait le nord. Au contraire, il semblait déjà être une vraie boussole et le voilà qui s’approche tout en ronronnant comme un gros matou devant un bol de lait bien chaud. Et le bol de lait en question arque légèrement les sourcils à propos de cette histoire de bouche à bouche, ayant un peu de mal à en croire ses oreilles. Hwan Su en a un petit « hm » amusé, redressant un peu le dos tout en observant avec plus d’intérêt le bel homme. On n’allait pas se leurrer : ça lui arrivait souvent d’être approché de la sorte, quoi qu’avec quand même un peu plus de tact. Et il avait bien conscience que c’était principalement parce qu’il renvoyait une image très féminine. De fait, les hommes que ça intéressaient jugeaient tous rapidement qu’il était homosexuel. Ce pour quoi ils ne se trompaient pas et Hwan Su aurait donc été bien mal placé de le leur reprocher.

Toutefois, ils étaient souvent beaucoup plus vieux que lui. Dans le genre... vraiment plus vieux. Et ça, ça ne l’intéressait pas le moins du monde. Or cette fois, c’était très différent parce que ce type, même s’il était probablement un peu plus vieux que lui, n’avait que quelques années supplémentaires au compteur. Et au-delà de ça, il possédait un charme fou, il fallait l’admettre.

« Certaines personnes ici ne doutent de rien... », murmure lentement Hwan Su sans perdre son air amusé. « Je me demande bien de qui je parle. »

Et non, l’homme n’avait pas vraiment d’autre choix que de l’entendre papoter maintenant qu’il s’était présenté à lui. Mais visiblement, il ne prévoyait pas en souffrir outre mesure et même, au-delà de ça, il fini par s’approcher pour entamer lui-même la discussion. Hwan Su est agréablement surpris, probablement un peu charmé aussi. Ça faisait toujours plaisir qu’un si bel homme s’intéresse de près à soi, forcément ! Il répond au prénom bien masculin de Chul Hei. D’un petit mouvement de la tête, le massothérapeute le salut, une longue mèche blonde glissant devant son épaule. Il la renvoi rapidement derrière celle-ci avant de faire suivre la ligne de son oreille à ses doigts fins pour la coincer derrière celle-ci.

« Ceux qui s’en sortent le mieux sont toujours ceux qui abdiquent devant moi. », déclare finalement Hwan Su tout en souriant d’une façon bien trop innocente pour être réelle. « Et le tutoiement ne me dérange absolument pas, non, tant que je peux en faire de même. Je ne pousserai toutefois pas le vice à t’appelle « oppa », ça manque de charme. »

Ce disant, il a un petit clin d’oeil pour Chul Hei, jouant peut-être un peu lui-même de la carte du charme. Ça ne pouvait faire de tort à personne et il aurait été bien bête de s’en priver vu ce qui lui tombait dessus ! Quant à la température ambiante, le jeune homme a un petit regard vers le ciel, souriant brièvement à voir toutes ces magnifiques étoiles. Vraiment, cet endroit était un vrai paradis... Il n’allait jamais s’ennuyer ici. Et il y avait toujours une raison pour se fasciner ! Notamment ces magnifiques étoiles. Quoi qu’il en soit, la température lui semblait plutôt convenable.

« Non, je suis plutôt bien. Peut-être qu’en rentrant, je me dirai qu’il était temps, mais pour le moment tout va bien... Note que toi, trempé des pieds à la tête, ce n’est pas l’idéal. », convient Hwan Su tout en levant brièvement les yeux au ciel, amusé. Puis, l’homme se hisse près de lui et malgré lui, le blondinet laisse aller son regard sur une silhouette qui n’avait rien à envier à qui que ce soit, sûrement. Il pousse un petit soupir avant de glisser ses doigts contre sa tablette, son regard y revenant. Et ces mêmes doigts sont complimentés. « Je vais commencer à avoir peur. »

Ce disant, Hwan Su relève la tête, ayant un nouveau petit clin d’oeil pour l’homme.

« Je suis effectivement massothérapeute. Tu m’as espionné, avoue...! », déclare-t-il avec malice. C’était quand même surprenant que Chul Hei l’ait deviné de cette façon ! D’ailleurs, ça lui rappelle : « Un des clients de ce bateau a réussi à me prendre pour une femme de chambre, aujourd’hui ! Tu imagines ? »

Il n’était pas fait pour ce job, lui ! Une chance que le client en question était mignon et, surtout, un excellent joueur d’échecs ! Finalement, le blond tend une de ses mains fines pour venir serrer celle humide du nageur.

« Enchanté de même. », répond-t-il poliment. « Tu viens souvent nager en solitaire ? C’est une bonne activité physique... »

Et elle était vraisemblablement payante. Pour sa part, il retourne néanmoins sa tablette, montrant l’échiquier.

« J’ai des activités un peu plus cérébrales pour ma part, je l’avoue. »

Eh oui. Il en fallait bien, des comme lui. Des divas intelligentes ! Ou un truc approximatif... Ça lui allait bien, d’être cliché, mais pas trop !


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 10/11/2013
Notes : 178
Age : 25
Sur le bateau je squatte : Sun Desk


Posté le Mar 26 Nov - 14:52

Rien de tel qu’une baignade nocturne pour profiter d’un premier jours à bord d’un paquebot non? Néanmoins Chul Hei n’avait pas prévu la rencontre qu’il venait de faire. Après être remonté à la surface de l’étendue aqueuse, une voix l’avait interpellé  lui signalant qu’il venait de lui faire une belle frayeur. Que le détenteur de cette voix délicieuse ne s’inquiète pas, elle fut partagé par le styliste qui avait également sursauté ne s’attendant bien évidemment pas à avoir de la compagnie à cette heure-ci. Ceci sembla amuser le vis-à-vis du jeune homme car un rire se fit brièvement entendre, petite vengeance? Sûrement, un petit caractère bien affirmé aussi il semblait. Cela ne découragea pas le jeune Coréen qui s’approcha du rebord et commença avec un grand plaisir son numéro de charme habituel, évoquant une « innocente » histoire de bouche-à-bouche. Cette dernière fut accueillie d’un petit « hm » amusé, une bonne chose lorsque l’on voulait briser la glace, il parut même à Chul Hei que son début de charme était très bien reçut. Intéressant…il avait bien fait de sortir ce soir… « Certaines personnes ici ne doutent de rien..Je me demande bien de qui je parle. » Le styliste ne répondit rien à cela et se contenta de mimer l’innocence même avec un sourire angélique et haussant les épaules, il ne savait absolument pas de qui il pouvait bien parler…Le blond finit enfin par lâcher son prénom à l’ouïe avide du styliste qui inscrit rapidement cette information dans sa tête, il fallait toujours mettre un nom sur un aussi beau visage.

Hwan Su paraissait un peu diva sur les bords, ce qui ne fit qu’accroître l’intérêt que pouvait lui porter le styliste, il se plaisait en compagnie de caractères affirmés. Toujours charmeur il avait alors sortit son plus beau sourire afin de se présenter à son interlocuteur qui le salua d‘un léger mouvement de tête. Une mèche de cheveux coula sur l’épaule du délicieux blond qui se pressa de la renvoyer en arrière et la replaça derrière son oreille d’un geste délicat que ne manqua pas d’observer avec intérêt Chul Hei. Remarquant des mains soignées aux longs doigts élancés . « Ceux qui s’en sortent le mieux sont toujours ceux qui abdiquent devant moi. » Le tout étant dit avec un sourire trop innocent pour ne pas soulever les soupçons, un petit diable grimé en angelot, ce qui amena un sourire aux lèvres du brun « La résistance serait vaine de toute façon, alors autant obéir docilement… ». Les mots étaient en contradiction avec l’attitude de Chul Hei, laissant entendre qu’il ne se laissait faire que parce qu’il le voulait bien, on ne lui donnait pas d’ordre et ce n’allait pas commencer aujourd’hui pour le fougueux jeune homme. « Et le tutoiement ne me dérange absolument pas, non, tant que je peux en faire de même. Je ne pousserai toutefois pas le vice à t’appeler « oppa », ça manque de charme. ». En parlant de charme, Hwan Su n’était-il pas lui-même en train d’en faire avec ce petit clin d’œil qui ravit le brun.  Il prit un air faussement peiné «  Oh quel dommage…moi qui caressait l’espoir secret que tu me nommes ainsi, il rit brièvement, sérieusement je n’ai jamais aimé que l’on m’appelle ainsi cela ne me manque pas … »

En effet depuis qu’il vivait à Paris le jeune styliste n’avais pas eu l’occasion de croiser tant de Coréens que cela, et ce petit surnom affectueux dont on affublait ses aînés n’avait pas refait surface une seule fois. Une chance pour lui. Mouillé la fraîcheur ambiante s’était collée au corps de Chul Hei qui frissonna brièvement « Non, je suis plutôt bien. Peut être qu’en rentrant, je me dirai qu’il était temps, mais pour le moment tout va bien…Note que toi, trempé des pieds à la tête, ce n’est pas l’idéal. ». Et c’est ainsi que le brun se hissa aux côté de Hwan Su « Maintenant je devrais sûrement moins avoir froid, il fait doux ce soir . ». Son corps étant à présent à découvert, son vis-à-vis appréciant sûrement les vallées finement ciselées de celui qui lui faisait face, ce qui ravit Chul Hei qui eut un sourire entendu, prit la main dans le sac comme on dit. Le styliste enchaîna alors sur une question et un supposition quant au poste occupé par le blond à bord, ne manquant pas de complimenter au passage les mains ravissantes de Hwan Su. Il faut toujours joindre l’utile à l’agréable, et cela le styliste l’avait très tôt comprit.

« Je vais commencer à avoir peur. Les dires étant contredits d’un clin d’œil. Je suis effectivement massothérapeute. Tu m’as espionné, avoue…! » . Le brun leva les mains dans une attitude coupable. « Je suis démasqué, je me rends ! » Il rit quelque instant et son sérieux reprit place sur son visage qui était toujours charmeur, ne jamais perdre le nord, jamais. « Un des clients du bateau a réussi à me prendre pour une femme de chambre, aujourd’hui! Tu imagines? ». Chul Hei haussa un sourcil quelque peu moqueur et ne manqua pas de taquiner Hwan Su à ce sujet. « Oh tu sais il se trouve parfois de charmante personne parmi ce genre de personnel. Mais je vais me stopper là avant que tu ne veuilles me noyer. ». Le jeune massothérapeute lui tendit alors une main au styliste qui ne manqua pas de répondre à cette marque de politesse « Enchanté de même. » . Chul Hei retira paresseusement sa main, ne manquant pas de caresser délicatement l’épiderme du blond l’air de rien. « Tu viens souvent nager en solitaire? C’est une bonne activité physique… » . Un sourire étira les lèvres du styliste qui répondit simplement « J’adore me dépenser … » Aller savoir si il fallait saisir un quelconque sous-entendu à ses mots. Hwan Su désigna alors sa tablette où se trouvait un échiquier sur l’écran. « J’ai des activités un peu plus cérébrales pour ma part, je l’avoue. »

« C’est une bonne chose, les échecs sont un excellent moyen de jauger une personne selon la stratégie qu’elle développe. Il soupira . Je dois admettre que je regrette de ne pas réussir à m’intéresser à un sport aussi noble, je préfère de loin la compagnie de mes crayons et de mes aiguilles . Il eut un sourire. Ah oui j’allais oublier de le préciser je suis styliste. » . Il se tint néanmoins bien de dire qu’il était reconnu comme un petit prodige dans ce domaine, la vantardise n’étant pas un trait de caractère du jeune homme.


Invité

avatar




Posté le Mer 18 Déc - 6:59


Doucement, Hwan Su agite ses pieds dans l’eau de la piscine, créant ainsi de petites ondes qui parcourent la surface à présent calme. Il était tout à fait attentif à l’homme assis près de lui et même qu’à présent, il ne le quittait plus du regard, appréciant non seulement sa compagnie, mais aussi la beauté de ses traits. Il était... étonnamment très typé, en fait ! Et pour que même lui, Coréen de naissance et ayant toujours vécu dans son pays natal, le pense, il fallait que ce soit assez prononcé. Ses yeux étaient longuement étirés et pas de double-paupière ne venait troubler ce bridage. Sa peau était dorée, lui rappelant la plage et le soleil, le caramel et la sucre brun. Pas trop foncé, non. Mais assez doré pour lui donner une apparente santé et un charme certain. Son corps était masculin, mince, mais d’apparence solide. Non vraiment, Hwan Su se sentait choyé d’être en la compagnie de cet homme. Compagnie pas totalement innocente, d’après ce qu’il avait pu en comprendre et ça le ravissait.

Contrairement à ses paroles, le beau Don Juan ne semblait pas être de ces hommes qui lui obéiraient au doigt et à l’oeil. De fait, sa remarque fait doucement rire un Hwan Su amusé qui saisit bien l’humour sous cette supposée docilité. Et au sujet de la politesse exagérée et, surtout, de cette petite marque de respect toute coréenne qui frôlait le ridicule entre les lèvres de Hwan Su, il a un nouveau rire réellement amusé !

« En fait, c’est surtout que si je t’appelais « oppa », je serais moins homme que femme... Je suppose que tu n’as vraiment pas l’habitude de ces marques de politesse ! », informe le jeune homme, venant donner un petit coup d’épaule contre celle bien humide de Chul Hei. Et à la blague, il ajoute : « Mais je ne t’appelerai pas « hyung » non plus, dans ce cas. Selon ton bon plaisir, très cher. »

Hwan Su observe ensuite la peau humide de l’homme justement. Et il fait doucement remarquer :

« Tu risques plutôt d’avoir froid dès que l’évaporation commencera à faire son boulot. Tu veux que j’ailles te chercher une serviette ? J’ai la clé de ce placard extérieur là-bas, si jamais. »

Ce disant, le blondinet montre une porte non loin d’eux qui donnait sur une petite réserve de serviettes et autres linges nécessaires ici même. Il était mieux d’avoir ce genre de choses sous la main, dans un endroit comme celui-ci. Puis après une blague, voilà que Chul Hei prétend presque qu’il pourrait appartenir au cercle fermé des... femmes de ménage ! Hwan Su a un petit « humpf » pas très, très ravit, même si ça avait été dit avec tout le tact nécessaire et que Chul Hei avait compris que c’était un terrain glissant avant même d’y mettre réellement les pieds !

« Tu n’imagines même pas à quel point je suis à mille lieux d’être bon pour un poste d’homme de ménage...! », déclare finalement Hwan Su, relevant le menton dans un petit geste qui a quelque chose de princier sûrement. Mais eh... il n’était pas non plus exactement n’importe qui ! « Je n’ai pris cet emploi que parce que je le voulais bien. Pour m’enrichir, voir de nouveaux horizons, croiser de nouvelles personnes... J’y ai même revu mon ex copain et il n’en a pas cru ses yeux en me voyant travailler ici. »

Ça fait doucement soupirer Hwan Su, qui songe à cet ex copain en question quelques secondes. Non, il n’avait jamais eu de problème à parler de son homosexualité. Ou du moins, à l’amener tout naturellement dans la conversation sans la mentionner autrement qu’avec naturel. De toute façon, l’homme près de lui ne semblait pas avoir de scrupules à ce sujet et c’était tant mieux. D’ailleurs, Hwan Su a un sourire peut-être un brin charmé pour lui à propos des échecs. Oui, c’était un sport fort noble...

« Une autre façon de se dépenser, je suppose. », convient Hwan Su dans un petit sourire trop innocent. « Mais je comprend qu’on ne raffole pas des longues heures passées devant un échiquier, tu sais. En vrai, c’est moins glamour qu’on pourrait le croire. J’ai fais quelques compétitions et... ah... Non vraiment, il faut aimer ça. J’ai rencontré un garçon de mon âge... même peut-être un peu plus jeune en fait. Sur ce bateau, ici même, qui joue. Et diablement bien ! Mieux que moi, si ça se trouve. »

Oui bon, la pipelette le comeback. D’ailleurs, dans une petite exclamation désolée, Hwan Su réalise :

« Je parle vraiment trop. Je t’avais prévenu...! »

Il fini par éteindre sa tablette, non sans sauvegardé sa partie avant, puis la dépose au sol un peu plus loin. Sa main se pose délicatement entre eux, sur le carrelage du sol, frôlant presque innocemment une cuisse caramélisée par le soleil. Et dieu... la suite l’enchante complètement !

« Styliste...? », s’exclame doucement Hwan Su comme si l’homme lui avait soudainement annoncé être le Père Noël en personne. « C’est merveilleux ! Quel genre de personnalité habille-tu ? Des célébrités ? Ah, du coup j’ai vraiment hâte de te voir habillé de pied en cap pour juger ça par moi-même ! Raconte-moi un peu ce que tu fais. Ça doit être tellement intéressant. »

Et il était on ne peut plus sincère. Ce soir, il pourrait très bien écouter plutôt que parler, qui sait...!


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 10/11/2013
Notes : 178
Age : 25
Sur le bateau je squatte : Sun Desk


Posté le Lun 23 Déc - 23:06

Les rencontres imprévues pouvaient vous réserver bien des surprises, des bonnes  comme des mauvaises. Une chance pour Chul Hei, ce soir il avait fait la connaissance d’une charmante sirène  sur le bord de la piscine, une apparition délicieuse nommée Hwan Su. Ce dernier ne quittait d’ailleurs plus du regard le styliste, semblant charmé par son vis-à-vis. Le brun était ravi de constater qu’une fois de plus son charme avait opéré, la proie semblant ravie d’être chassée. Mais, pour le moment, l’heure était encore à la séduction, et c’est avec plaisir qu’il se retrouvait à converser avec une personne dotée d’une forte personnalité. La conversation s’était fait tout naturellement, et encore mieux, les plaisanteries s’étaient tout naturellement installées dans cette dernière. D’ailleurs un petit rire amusé sort des lèvres du vis-à-vis du brun lorsqu’il joue les hommes faussement soumis. Celui qui le rendrait docile n’était pas né, et il ne comptait jamais le rencontrer. À quoi bon se faire de velours et obéissant alors que l’on pouvait trouver chaussure à son pied en conservant ses épines? La partie n’en était que plus intéressante d’ailleurs… « En fait, c’est surtout que si je t’appelais « oppa », je serais moins homme que femme..Je suppose que tu n’as vraiment pas l’habitude de ces marques de politesse! Un petit coup d’épaule accompagnant les dires du jeune homme, ce qui ne manque pas de faire sourire Chul Hei. Mais je ne t’appellerai pas « hyung » non plus, dans ce cas. Selon ton bon plaisir, très cher. » . Le styliste s’étira un bref instant avant de répondre à cela « Hum et bien tu sais des hommes m’ont déjà appelé oppa. Il eu un petit sourire mystérieux invitant l’autre à en savoir plus si il le voulait bien. Le brun s’amusait à induire en erreur ses collègues au travail, alors il s’amusait à apprendre sa langue..à sa sauce? À ses collègues. Il avait bien le droit de s’amuser  de temps à autre non? Après une révérence théâtrale il conclu. Oh je vous en serait gré très cher. » Le tout étant ponctué d’un clin d’œil joueur.

S’en suivit un frissonnement de la part du brun, il faisait frais à présent, quelle idée de se baigner à une heure aussi tardive en même temps. Ah..les artistes et leurs envies…Finalement, lui aussi était une diva dans ses grands jours. « Tu risques plutôt d’avoir froid dès que l’évaporation commencera à faire son boulot. Tu veux que j’aille te chercher une serviette? J’ai la clef de ce placard extérieur là-bas, si jamais. ». Hwan Su désigna brièvement une porte à quelque pas de leur position, Chul Hei eu un sourire reconnaissant envers son sauveur d’un soir. « Et bien…je dois avouer que je ne serais pas contre une petite serviette sur les épaules. Pourrais-tu m’en chercher une s’il te plait…Tu serais un ange. ». Après cela le brun taquina le massothérapeute, une histoire de femme de chambre il semblerait. Ce qui fut accueilli d’un petit reniflement peu ravi d’entendre cela.  Et les paroles du blond ne contredirent absolument pas sa réaction. « Tu n’imagines même pas à quel point je suis à mille lieux d’être bon pour un poste d’homme de ménage…! Il releva le menton et afficha un port altier, ce qui ne manqua pas d’attirer un sourire sur les lèvres du styliste. Tiens donc, la petite sirène serait donc bel et bien une princesse? Intéressant. Je n’ai pris cet emploi que parce que je le voulais bien. Pour m’enrichir, voir de nouveaux horizons, croiser de nouvelles personnes..J’y ai même revu mon ex copain et il n’en a pas cru ses yeux en me voyant travailler ici. ». Alors comme ça, la petite sirène avait voulu se mêler au peuple, elle n’était donc pas de ces empotées seulement capables d’être belles et de chanter. Par contre le prince n’était plus là, une chance pour le pêcheur qui se trouvait être dans les eaux de la charmante créature. « Alors si je comprend bien, tu aurais eu plus ta place parmi les vacanciers, plutôt que parmi les membres du personnel. Mais, c’est tout à ton honneur, la vie est courte, alors autant jouir de toutes les expériences qu’elle nous offre…Ah les ex une belle plaie, ne me parle pas de malheur, si je viens à croiser la mienne, pour le styliste la seule personne ayant droit à ce nom étant Ae Sook, je serai bien capable de me jeter à la mer tiens! » Et il plaisantait à moitié, revoir son ex premier et dernier grand amour il n’en avait guère envie…

Le sujet finit par arriver à l’occupation favorite du jeune homme, les échecs. Chul Hei complimenta cette activité, non pas par cajolerie pour une fois. Ce qui fit étirer les lèves de Hwan Su, visiblement charmé par les paroles du stylistes. Méfies toi de la mise en échec jeune homme… « Une autre façon de se dépenser, je suppose. Le brun partagea un sourire entendu avec le blond, au moins il ne faisait pas partie de ces mijaurées s’offusquant à la première allusion un peu friponne. Mais je comprend qu’on ne raffole pas des longues heures passées devant un échiquier, tu sais. En vrai, c’est moins glamour qu’un pourrait le croire. J’ai fais quelques compétitions et ..ah…Non vraiment, il fait aimer ça. J’ai rencontré un garçon de mon âge…même peut-être un peu plus jeune en fait. Sur ce bateau, ici même, qui joue? Et diablement bien! Mieux que moi, si ça se trouve. » Hum, un éventuel rival pour Chul Hei? Le styliste allait devoir se remettre en avant. Se faire doubler, très peu pour ce Don Juan. «  Défie le dans ce cas, tu en auras le cœur net, mais dis mois…tu as fait mention de ton âge, serais-je trop indiscret de vouloir te le demander? Je suis sûre que tu ne dois pas être loin de mes 21 ans, non? » Un autre sujet venait ainsi d’être lancé. Et une diversion, une!

« Je parle vraiment trop. Je t’avais prévenu…! » La tablette fut enfin éteinte et posée un peu plus loin . Une occasion propice pour les rapprochements corporels, d’ailleurs le massothérapeute ne perds pas de temps, sa main frôlant avec une innocence feinte la cuisse du styliste. Si maintenant on lui mâchait le travail où était le plaisir? Étant d’humeur joueuse, il ne mime aucun geste et se contente d’agir normalement. C’était lui qui décidait lorsqu’il avait envie de jouer un coup. Mais il n’eut pas le temps ce plus épiloguer qu’une pile électrique le regardait avec des yeux  pétillants. «  Styliste…? C’est merveilleux! Quel genre de personnalité habille-tu ? Des célébrités? Ah, du coup j’ai vraiment hâte de te voir habillé de pied en cap pour juger ça par-moi-même! Raconte-moi un peu ce que tu fais. Ça doit être tellement intéressant. » Un amateur de mode, ici? Une aubaine! Un sourire élargi les lèvres du styliste ravi. « Oh je vois que nous avons à faire avec un connaisseur, c’est plaisant. Et bien  je travaille pour une grand maison de couture Française, Si je te dis m’appeler Im, Im Chul Hei, ça te dis quelque chose? Il espérait secrètement que Hwan Su connaisse ce nom, ainsi il n’aurait aucun mal à acquérir d’autres point sympathie en un temps record. Et puis..il est toujours bon de savoir que notre travail est connu . Sinon pour continuer de répondre à tes questions. Je suis un peu touche à tout, et j’avoue même me mêler avec plaisir avec os couturières… il soupira … oui bon je dois avouer  que c’est surtout parce que je n’aime pas voir une de mes créations touché par une  incompétente. Vois-tu ce sont un peu comme mes enfants, alors je veux leur donner une naissance décente. Lorsque Chul Hei parlait  de ses créations, le jeune homme se faisait plus doux, plus vrai et même un brin sentimentale… Hum sinon que dire, je m’occupe bien évidement des célébrités Coréenne désirant s’habiller chez mon employeur, mais pas que. Il faut dire que j’ai le contact facile…une aubaine  pour moi et mon carnet d’adresse. C’est dommage que je n’ai pas de croquis sous la main à l’instant, j’aurais pu avoir un avis, mais…il prit un ton plus bas… il faudra garder le secret, ça ne se fait pas de dévoiler peut-être une nouvelle pièce d’une collection. Je suis sûre que tu sauras garder ta langue non? Un petit sourire  apparu sur les lèvres du brun qui s‘était rapproché de son vis-à-vis, effleurant son visage de son souffle mentholé. Sinon je serais contraint de te faire tenir le silence comme je peux…. Il fit mine de s’approcher encore un peu plus des lèvres du jeune homme  et se retira avec un clin d’œil complice. Enfin après…j’ai toujours aimé les personnes bavardes…. » Invitation dissimulée? Bien évidement, elle était même assez explicite.


Invité

avatar




Posté le Ven 10 Jan - 15:22


Hwan Su arque lentement les sourcils à la révélation qui lui est faite. C’était une blague ou quoi ? Se faire appeler « oppa » par un homme c’était tellement inusité qu’on remettait instantanément le sexe en doute, quoi ! De fait, c’était un peu difficile à croire pour un natif comme lui ! Mais ça commençait à être évident que Chul Hei n’était pas natif de Corée, pour sa part. Ou peut-être que si, considérant son prénom. Les asiatiques qui vivaient ailleurs changeaient toujours leur prénom, mais avaient aussi toujours un prénom asiatique à la clé. Ceux nés dans d’autres pays n’utilisaient généralement pas leur prénom asiatique et pourtant, Chul Hei s’était présenté ainsi sans sembler réfléchir ou se reprendre. Ça poussait la réflexion un peu loin, mais il semblait à Hwan Su qu’il devait avoir quitté l’Asie à un moment ou à un autre plutôt que de naître en dehors ! Bon, il se trompait peut-être du tout au tout, mais ne sait-on jamais !

Hwan Su rigole en posant une main parfaitement manucurée sur le bras de l’homme, juste sous l’épaule, pour le pousser gentiment alors qu’il prend de grandes manières à son tour. Rieur, il lui fait un petit clin d’oeil avant de le relâcher rapidement. Il acquiesce doucement à la suite, commençant à fouiller dans ses poches pour trouver son trousseau. Il était moins gros qu’on l’aurait cru et pour cause, les serrures avaient été faites pour convenir à tous et certaines avaient des serrures universelles bien pensées. Sa clé ouvrait toutes les dépendances des femmes de ménage. Mais pas des endroits comme la pièce de contrôles ! Hwan Su se lève tout en choisissant justement cette clé qui était confiée aux femmes de ménages et autres membres du personnel ayant besoin d’avoir accès aux placards à linges, histoire d’aller chercher cette fameuse serviette qui empêcherait le pauvre vacancier de faire une quelconque crise d’hypothermie ! Bon, pas jusqu’à ce point, mais l’inconfort en vacances était quand même non désiré.

Il écoute les paroles de l’homme tout en s’arrêtant devant la remise, l’ouvre et choisit une grande serviette blanche bien moelleuse. Il referme derrière lui et tout en revenant à petits pas sans presse, il rigole à cette histoire d’ex copine !

« C’est le souci des hommes ! Ils chouinent que les femmes et les hommes comme moi aiment les badboys, mais ils se jettent toujours dans les bras des mauvaises femmes. », s’exclame doucement Hwan Su tout en tendant la serviette à Chul Hei. Il s’assoit à nouveau à côté de lui, replaçant et lissant ses vêtements. « Mais peut-être que toi, tu aimes ça ! Moi aussi, je suis plutôt furie dans mon genre et mon ex doit avoir eu peur que je lui fasse avaler l’huile de massage plutôt que de l’utiliser à bon escient...! »

Puis, on parle d’Ihn Kyang et bon... Hwan Su se surprend à sourire un peu bêtement. C’est que c’était une longue histoire, ce garçon et lui. Ils avaient appris qu’ils se connaissaient via Internet et... bref ! Il se donne un petit coup de fouet mental qui a le bénéfice de lui faire perdre son sourire ! Il fait plutôt la moue aux paroles de l’homme, devant admettre :

« Je lui ai demandé, mais il ne joue plus en face-à-face, ni avec des gens qu’il connait. Et crois-moi, c’est encore plus tragique que tu pourrais le croire... Parce qu’on a appris par le fait même qu’on jouait beaucoup l’un contre l’autre sur un site Internet alors même là c’est mort. Et il a un niveau vraiment haut, je confirme. »

Il n’avait jamais réussi à le vaincre, en fait, même s’il n’allait pas s’en vanter ! Mais faire des parties avec Absolem lui avait permis d’augmenter son niveau de plusieurs points malgré tout. Puis, il tente une approche puisque Chul Hei semblait si réceptif mais... rien du tout... Alors un peu froissé, Hwan Su retire sa main. C’était toujours agréable, hein...! Il n’aurait pas réagit ainsi si l’homme n’avait pas charmé plus que faire se faut juste avant... Toutefois, le sujet qui suit le sort de son état grognon, du moins pour le moment. On lui parle de la France... et aussitôt, dans une petite exclamation amusée, Hwan Su change de langue pour ne parler que français !

« La France ! Ma mère est native de là-bas et on y va plusieurs fois l’an. J’adore ce pays ! », assure Hwan Su dans un accent très doux qui roule joliment sans déformer ses mots. « Mais je ne connais pas ton nom, désolé. »

Le ton n’était clairement pas désolé, mais c’était Hwan Su, quoi. Il n’allait pas feindre un sentiment qu’il ne ressentait pas et ce mot n’avait été que pour marquer la politesse. Il écoute ensuite attentivement Chul Hei. Ce monde était vraiment fascinant, mine de rien. En tout cas, à ses yeux ! Hwan Su adorait le glamour du monde de la mode. La beauté qui y régnait en maître... tout, quoi ! Il savait qu’il n’en connaissait pas les facettes d’ombres, mais ça ne l’intéressait pas. Pourquoi s’apitoyer là-dessus ? Il n’y travaillait pas, se contentant d’en rêver ! Il rigole un peu à cette histoire de couture, haussant finalement doucement les épaules.

« C’est tout à ton honneur. Plus tu maîtrises de domaines concernant le stylisme, plus tu excelles c’est évident. », assure-t-il, compliment modeste, mais sincère. « En tout cas, moi je trouve ça génial, les touche-à-tout. »

Hwan Su relève une de ses jambes pour poser son pied sur le bord de la piscine, glissant doucement une main sur la peau lisse et épilée histoire d’en retirer un peu d’eau. Il commençait à avoir froid, en fait. Toutefois, sur un ton un peu malicieux, il reprend :

« Mais je ne pense pas que les gens avec qui tu travailles soient incompétents. C’est un peu présomptueux. »

Il a un clin d’oeil pour Chul Hei malgré tout avant de lever une main, posant trois doigts sur les lèvres de l’homme qui s’avançait dangereusement. Il s’éloigne de lui-même, mais le geste avait été là malgré tout. Minute, beau papillon... C’était quoi tout cet empressement ? D’abord il ne répond absolument pas à ses avances toutes en subtilités et maintenant il venait presque chercher un baiser ? Baiser que Hwan Su ne lui accorderait sûrement pas ce soir, alors qu’ils venaient de se rencontrer ! Mais c’était amusant tout compte fait et un petit sourire étire ses lèvres.

« Tu oublies que je suis une furie. », rappelle Hwan Su. « On ne me fait pas taire si facilement. »

Et après un petit moment de silence, malicieux, il ajoute :

« Et ce n’était pas une invitation. »

Il a un clin d’oeil pour Chul Hei. Eh non... Pas une invitation. Pas à ce moment-là, en tout cas. Il n’était vraiment pas dans le trip coucherie d’une nuit, lui. Il fallait le gagner pour le mériter. De fait, Hwan Su en revient au très intéressant sujet du stylisme !

« Je ne pourrais pas vraiment parler de toute façon, puisque tu ne m’as effectivement rien montré. », rigole-t-il doucement, gentiment taquin. « Mais, c’est sûr que ça m’intéresserait. Du coup, tu ne dois pas trop faire de haute couture impossible à porter ailleurs que dans un fashion show ou si on est Lady Gaga ? J’avoue que ça m’intéresse nettement moins. J’aime l’art que je peux porter. »

Parce que oui, il considérait cette discipline comme un vrai art à lui seul. Et un art non négligeable puisqu’il faisait parti de la vie de tout le monde !

« J’adore aller à la Fashion Week, en France. Mais j’aimerais avoir des accès plus privilégiés... Les seuls que j’obtiens, ce sont ceux que mon père peut m’acheter. C’est très bien et je lui en suis reconnaissant, mais bon... »

Pas de quoi sauter au plafond si on considère la distance entre lui et toutes les attractions présentes !


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 10/11/2013
Notes : 178
Age : 25
Sur le bateau je squatte : Sun Desk


Posté le Mar 21 Jan - 15:37

La soirée continuait agréablement, Chul Hei n’aurait pu espérer mieux, il était agréablement accompagné et, pour ne rien gâcher, Hwan Su avait un parlé agréable. En un mot, tout était PARFAIT. Le jeune homme avait semblé étonné par la révélation que lui avait fait Chul Hei, un sourcil arqué le trahissant. Il n’avait néanmoins pas cherché à en savoir plus, le styliste devant passer pour un excentrique ou une chose du genre. Peut être qu’il éclairerait la lanterne du blond un peu plus tard dans la conversation, mais pour l’heure une main soignée se pose sur son bras . Un rire cristallin ne tarda à résonner, il semblait que le massothérapeute soit amusé par les grands airs du brun qui l’avait mimé. Peu après, son vis-à-vis se lève et se dirige en direction d’une remise où était entreposé la serviette promise. Alors qu’il est de dos, le brun ne se prive pas de laisser son regard s’attarder sur une chute de rein qui caresse ses prunelles, il n’y a pas de mal à regarder non? Il faut savoir apprécier les belles choses…. Néanmoins il se reprend lorsque son « sauveur » se retourne, l’avait-il surprit en flagrant délit? Peut-être, peut-être pas, et puis n’est-il pas agréable de savoir qu’une personne apprécie les courbes de votre corps? Oui bon plus communément et moins poétiquement, vous direz que le brun était en train de vulgairement mater un séant appétissant. Mais que diable, un peu de poésie en ce bas monde…. Un nouveau rire se fait entendre, l’aventure malheureuse de Chul Hei amusant très probablement le blond. « C’est le soucis des hommes ! Ils chouinent que les femmes et les hommes comme moi aiment les badboys, mais ils se jettent toujours de les bras des mauvaises femmes. » . La remarque du jeune homme amena un sourire aux lèvres du styliste qui se saisit de la serviette qui lui était tendue. Il s’y lova avec un plaisir évident et continua de sagement écouter son vis-à-vis. « Mais peut-être que toi, tu aimes ça ! Moi aussi, je suis plutôt furie dans mon genre et mon ex doit avoir eu peur que je lui fasse avaler l’huile de massage plutôt que de l’utiliser à bon escient…! ».

Chul Hei ne se priva pas de rire aux paroles de son compagnon du soir. «  J’imagine la scène….mais une rose sans épines représente-elle un intérêt? Je ne pense pas …. ». Subtile moyen de répondre au jeune homme sans véritablement se prêter au jeu. Il ne s’y serait pas risqué avec une écervelée lambda, mais il était sûre que la créature assise à côté de lui saisirait le sens de ses mots. La conversation dériva alors sur un garçon que le blond avait rencontré plus tôt,ce dernier arborant un sourire béat, ce qui fit tiquer le styliste. Il ne fallait pas se voiler la face, le brun ne faisait pas ce brin de causette pour le simple plaisir d’observer les prunelles de son vis-à-vis. Le but était tout autre …. Le sourire disparait avant de laisser place à une petite moue contrite. «  Je lui ai demandé, mais il ne joue plus en face-à-face, ni avec des gens qu’il connait. Et crois-moi, c’est encore plus tragique que tu pourrais le croire…Parce qu’on a appris par le fait même qu’on jouait beaucoup l’un contre l’autre sur un site Internet alors même là c’est mort. Et il a un niveau vraiment haut, je confirme. » . Il était amusant de voir Hwan Su parler avec tant de ferveur de cet homme, le brun eu même la fugace pensée d‘abandonner pour ce soir, mais étant ce qu‘il est, elle ne resta que fugace…. «  Il est dommage que tu ne puisses plus jouer contre lui alors…Je présume qu’il t’aidait à t’améliorer non? Il est toujours plus intéressant d’affronter plus fort que soit, nous apprenons toujours bien plus de nos défaites de que de nos victoires. Enfin bon je me perds dans les lieux communs en disant cela. » .

Une main s’approcha alors furtivement de sa jambe, le styliste avait occulté volontairement ce geste, non pas qu’il ne l’appréciait pas, mais il aimait être maître à bord et puis…peut-être que son orgueil avait été piqué il y a quelques secondes de voir ce jeune homme parler de cet inconnu, la bouche en cœur, alors qu’il se trouvait à côté de lui. Attitude quelque peu puérile, fort reluisant pour un jeune adulte non ? Une autre personne semble contrariée, le vis-à-vis de Chul Hei qui retire sa main, arborant une mine quelque peu grognonne. Néanmoins cela ne dure pas, sitôt que le brun avait évoqué la France que l’air du massothérapeute change du tout au tout. S’adressant à présent que dans la langue de Molière, qui sied plutôt bien au jeune homme d‘ailleurs. « La France! Ma mère est native de là-bas et on y va plusieurs fois l’an. J’adore ce pays! Après une petite pause il reprit. Mais je ne connais pas ton nom, désolé. » Le ton ne l’était clairement pas, mais le styliste ne s’en formalisa pas, ah la politesse et ses usages… Il répondit lui-même en Français, conservant volontairement un accent dont il était fière, sa marque de fabrique même dans l’atelier où il officiait. « Oh qui sait , peut être que nous nous sommes croisés un jour, il lui fit un clin d’œil, néanmoins cela m’étonnerait…je n’aurais pas pu oublier un si joli visage… Sinon quant au fait de ne pas connaître mon nom, dommage, cela me prouve que j’ai encore beaucoup de chemin à faire, à trop se laisser griser par le succès, on oublie parfois de faire encore nos preuves…. » . À vrai dire l’orgueil du jeune homme avait été une nouvelle fois mit à vif, mais… il ne pouvait nier le fait que deux années dans le monde de la mode, ne représentait qu’un dixième d’une goutte d’eau perdue dans un Océan. Mais il était jeune, disposant de toute sa vie pour faire ses preuves, mais la jeunesse est bien souvent impatiente comme on dit … Le styliste, à la demande de son vis-à-vis, parla rapidement de ses attributions . «  C’est tout à ton honneur. Plus tu maîtrise de domaines concernant le stylisme, plus tu excelles, c’est évident. » Le brun ne pouvant qu’approuver les dires du jeune homme à côte de lui. Tentez de reproduire les croquis d’un homme n’ayant jamais touché à une aiguille, pour sûr que ce dernier sera truffé de méprises quant au retombé d’un tissus, de la maniabilité des matières, allez essayez de travailler du cuir sans quelques précautions et vous ruinerez à coup sûre la pièce. « En tous cas, moi je trouve ça génial, les touche-à-tout. » .À cela, Chul Hei ne répond rien, se contentant d’un léger sourire. Au même moment le blond retire sa jambe de l’eau, lui aussi devait commencer à avoir froid. Le styliste tend alors tout naturellement la serviette qu’on lui avait donné un peu plus tôt afin que le jeune homme puisse sécher ses jambes plus rapidement, règle numéro une, toujours savoir être galant avec la personne que l’on convoite. Même si il ne le restait généralement pas bien longtemps, ce principe ne lui servait que lorsqu’il voulait capturer une proie.


« Mais je ne pense pas que les gens avec qui tu travailles soient incompétents. C’est un peu présomptueux. ». Un petit pouffement glisse des lèvres de Chul Hei. «  Je crois que tu m’as mal compris, enfin non c’est plutôt moi qui me suis mal exprimé…Je ne voudrait pas que tu me prennes pour une personne imbue d’elle-même. Nous allons dire que je suis très protecteur vis-à-vis de mon travail et que j’ai du mal à déléguer. Par contre je persiste… il y a tout de même de belles gourdes parfois. Il soupira brièvement. Une chance qu’elles ne restent pas longtemps d’ailleurs. Il grimaça, se remémorant une catastrophe qui avait sévit le moi dernier dans l’atelier. Il n’y a pas si longtemps, j’ai eu une expérience malheureuse avec une jeune couturière, résultat des courses? Une pièce en velours de soie ravagée. C’est une matière très agréable à toucher n’est-ce pas? Mais quelle plaie à travailler, pas moyen de revenir en arrière une fois que ton aiguille a traversé, le trou sera visible de loin. Je sais que l’on fait tous des erreurs…mais dans la mode, elles ne pardonnent bien souvent pas. Néanmoins, les anciennes de l’atelier sont toutes mes reines, j’avoue qu’elles sont un peu comme ma seconde famille, elles me manquent déjà…. ». Un sourire quelque peu attristé barra quelques secondes le visage du styliste, il partageait après tout déjà deux années de vie commune avec celles qu’il appelait « ses reines ». Qu’on ose dire qu’il n’était pas un sentimental après cela…

En parlant de cela, le brun s’enhardit et se risque à inviter son vis-à-vis à un baiser. Néanmoins, l’offre n’est pas reçue comme il l’espérait, trois doigts aux ongles parfaitement manucurés se posent sur ses lèvres. Il se recule lentement tandis que le blond sourit, ravi par ce qu’il venait de faire. «  Tu oublies que je suis une furie. On ne me fait pas taire si facilement. Après une petite pause il reprit, l’air malicieux. Et ce n’était pas une invitation. » Un nouveau clin d’œil parachevant les dires du jeune homme, il fallait croire que le jeune homme était du genre à céder son cœur avant de céder son corps. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Chul Hei ne s’en offusque pas, la réalité étant tout autre. En effet, toute personne ayant eu le malheur de se retrouver sur le dos avec le styliste ne pouvait espérer au mieux qu’un second round pour une nuit. Mais les personnes lui résistant obtenaient, elles, une certaine considération de la part du jeune homme, drôles de critères de sélection, mais le styliste fonctionnait ainsi. Néanmoins, il était quelque peu déçu. Il prit délicatement la main de Hwan Su et y déposa un rapide et chaste baisemain « Je m’incline pour cette fois… ». Un sourire accompagna ses paroles avant qu’il ne frissonne, l’évaporation avait fait son travail et il se retrouvait grelotant presque. Il se releva, faisant signe au jeune homme qu’il revenait.


« Je ne pourrais pas vraiment parler de toute façon, puisque tu ne m’as effectivement rien montrée. Un rire cristallin franchit alors les lèvres du blond qui continua sur sa lancée tandis que Chul Hei renfilait son bermuda et son marcel. Mais, c’est sûr que ça m’intéresserait. Du coup, tu ne dois pas trop faire de haute couture impossible à porter ailleurs que dans un fashion show ou si on est Lady Gaga ? J’avoue que ça m’intéresse moins. J’aime l’art que je peux porter. ». Une fois rhabillé, le styliste reprit place auprès du jeune massothérapeute. Il était ravi par les paroles qu’il venait d’ouïr, peu de personnes considéraient la mode comme un art, au grand damne du brun…. Le pire? Bien souvent, les personnalités en tête de liste considérait les œuvres qui défilaient comme de vulgaires bouts de tissus à ajouter à leur dressing déjà bien fourni. « Voilà des paroles qui me vont droit au cœur, ça fait plaisir d’entendre que tu considère la mode comme un art et non comme des vulgaires chiffons griffés. Il poussa un léger soupir. Les personnes considérant le travail des stylistes et des autres personnes nous épaulant ainsi m’exaspère…Et c’est dire qu’on en croise bon nombre. Enfin, comme on dit, les artistes sont bien souvent des incompris. Sinon, pour répondre à ta question, en effet n’étant qu’un petit bleu dans ce monde, je m’occupe exclusivement du prêt-à porter. Néanmoins, ce poste me convient parfaitement, je serais frustré de savoir que l’une de mes création, aussi sublime soit-elle, dorme dans un dressing et ne soit sortie qu’en de rares occasions. Mais j’avoue que je trouve toujours un moyen d’assister à la création de ce genre de modèle. Les contraintes de la vie quotidienne ne s’appliquent plus à freiner ta créativité, c’est toujours intéressant de voir que la seule limite existant réside dans notre imagination. Enfin comme je me plais souvent à dire, ce sont des contraintes que naissent des trésors d’inventivité. Il se stoppa brusquement. Oh mon dieu, et voilà que je parle, je parle, tu vois tu es tombé sur aussi bavard que toi, il eut un petit sourire et se gratte la tête, j’avoue rapidement m’enflammer quand il est question de mode. » Hwan Su ne semble néanmoins pas s’en formaliser et continua sur sa lancée, toujours aussi enjoué. « J’adore aller à la Fashion Week, en France. Mais j’aimerais avoir des accès plus privilégiés..Les seuls que j’obtiens, ce sont ceux que mon père peut m’acheter. C’est très bien et je lui en suis reconnaissant, mais bon…. ». Mais être éloigné du Cat Walk était toujours frustrant, le styliste en savait quelque chose quand il y a quelques années, alors qu’il n’était pas encore un étudiant en stylisme, il était même encore plus éloigné. Il aurait bien arraché la place d’une de ces mondaines coincées à coup d’escarpins tiens! «  Oh ça me rappelle la place que j’occupais il y a quelques années, j’aurais tout donné à cette époque pour me rapprocher ne serait-ce qu’un peu du Cat Walk. Mais maintenant c’est une autre paire de manche, les coulisses sont encore plus intéressantes je trouve. Mais tu sais, il y a de nombreuses manières de se retrouver dans les meilleurs places. Il suffit d’avoir un bon carnet d’adresses, et puis copiner dans ce milieu c’est tellement facile. Il eut alors un petit clin d’œil à l’intention du jeune homme. C’est le point fort et le point faible de ce monde superficiel, mais le jeu en vaut la chandelle n’est-ce pas? » Le regard de Chul Hei se porta alors sur la tablette du blond. «  Tu permets que je te l’emprunte un instant? Je voudrais te montrer un petit quelque chose, je suis sûre que ça t’intéresserait de voir certaines de mes créations non ? ».


Invité

avatar




Posté le Sam 1 Mar - 4:23


Quel Don Juan... Hwan Su lève brièvement les yeux au ciel avant d’avoir néanmoins un regard amusé pour Chul Hei. Il fallait dire qu’il ne manquait pas de toupet et quand il pouvait en sortir une pour caresser dans le sens du poil, il n’hésitait guère à le faire... pas plus qu’il ne ménageait ses effets ! Il devait y en avoir par centaines qui tombaient pour ces beaux yeux en amande ! Quoi qu’il en soit, peut-être l’homme ne savait-il pas à quel point ses épines pouvaient être acérées ! Pourtant, Hwan Su pouvait aussi être extrêmement doux avec l’homme qu’il aimait. Toutefois, il avait toujours ses moments très exaspérants qui rendaient fou assez vite ! Et quand il se mettait à criser... ça pouvait atteindre des sommets. heureusement, Hwan Su ne criait jamais sans bonne raison. Ou du moins essayait-il de se le faire croire. Ce qui réussissait très bien, au passage ! De toute façon, le styliste change de sujet et Hwan Su n’a rien pour se plaindre puisqu’il argumente en sa faveur ! Il a un petit signe de la main exaspéré tout en soupirant lentement, de façon un peu exagérée. On est diva ou on ne l’est pas !

Toutefois, il comprenait malgré tout les raisons d’Ihn Kyang. Ce n’est pas pour autant qu’il n’allait pas se plaindre un peu, n’est-ce pas ?? Alors il acquiesce lentement, la mine un peu basse pour se faire plaindre davantage. Il aimait bien ça...!

« En effet, j’apprenais beaucoup à jouer avec lui, même si je n’ai jamais gagné encore. », assure-t-il. Au moins n’était-il pas mauvais perdant, hein... Sinon, il aurait abandonné depuis longtemps puisqu’il était à peu près certain qu’il ne puisse jamais battre Ihn Kyang ! « Mais que veux-tu. Visiblement, je n’ai pas encore trouvé d’argument assez frappant ! Et vu la bête, je n’en trouverai probablement pas. »

Et ah... Voilà qu’encore une fois, Chul Hei drague l’air de pas y toucher ! Ça avait quelque chose de vraiment agréable là où avec plusieurs autres hommes, ça aurait plutôt été lourd. Il avait du doigté, il fallait le lui concéder et Hwan Su le gratifie d’un petit clin d’oeil amusé, mais aussi un peu complice !

« Non, je ne crois pas que nous nous soyons rencontrés, en effet. », confirme-t-il, amusé. Dans une aussi grande ville que Paris, difficile de croire que ce genre de coïncidence puisse se manifester ! « Je te souhaite une belle et longue carrière. Tu sembles bien parti pour ça, à t’entendre parler. »

La serviette lui est ensuite tendue et Hwan Su remercie doucement tout en la prenant de bon coeur. Ses longues jambes pâles sont essuyées sans se presser, puis il repose la serviette entre eux avant de s’asseoir dos à la piscine pour éviter de les tremper à nouveau, ce qui aurait été particulièrement idiot. Chul Hei savait se faire attentif à ce qui l’entourait et aux gens avec qui il conversait pour avoir remarqué qu’il en avait besoin et c’était un autre point positif qu’il trouvait à l’homme et qui lui plaisait beaucoup ! Puis, le Coréen lui parle un peu plus en détail de ces gens qui peuplaient son quotidien et du travail qu’ils faisaient ensemble. C’était amusant, parce que malgré tout il semblait avoir beaucoup d’affection pour eux, en effet. Ça fait doucement rire Hwan Su, qui se voit charmé. Peut-être pas exactement de la façon qu’il l’aurait dût, mais il se fait malgré tout la réflexion que Chul Hei semblait être un homme très agréable.

« Elles sont chanceuses, je les envie. », assure-t-il tout en ayant un sourire paisible pour Chul Hei. « Tu as de l’affection pour ces gens, ça paraît. Et c’est vraiment beau à voir. Plus que le mâle alpha ronchon que tu as essayé de me montrer un peu plus tôt ! »

Taquin, Hwan Su étire un bras pour venir gentiment bousculer le styliste. Puis, il y a entre eux un moment qui aurait clairement pu forcer Don Juan à retourner à sa cabine...! Pourtant, ça ne se passe pas du tout ainsi et les yeux brillants, Hwan Su se retourne vers lui pour être un peu plus à son aise, histoire de continuer à papoter un peu ! Chul Hei se perd un peu dans quelques explications à propos de son travail mais surtout, de ce qu’il ressentait vis-à-vis ce qu’il créait et franchement, Hwan Su se fait la réflexion qu’il aurait pu l’écouter pendant des heures. De fait, lorsque l’homme s’en excuse, il secoue négativement la tête.

« Ne dis pas ça. Ce que tu dis est tellement intéressant que c’est moi qui ne verrai plus le temps passer. », rassure-t-il rapidement. Et il en profite pour attraper le bras de l’homme, s’aidant de cette façon à se remettre sur pieds ! Il prend sa précieuse tablette, puis entraîne l’homme jusqu’aux chaises longues posées près de la piscine. Il s’étend sur une d’entre elle, ses longues jambes soigneusement croisées tout en poussant un petit soupir. « Tout le monde devrait être aussi passionné que toi quand vient le temps de parler boulot. Le monde s’en porterait mieux. Je suppose que c’est la joie et la douleur d’être un artiste ! »

Il tend ensuite sa tablette à Chul Hei, puisqu’elle est gentiment réclamée.

« Tu me montres ce que tu fais ? J’adorerais voir...! », s’exclame le jeune homme, fort enthousiaste. Quant à avoir des contacts dans le milieu, son regard brille de malice, soudainement...! « Mais j’y pense... Tu ne serais pas un très bon contact, toi ? »

Il rigole tout en redressant le menton dans une allure faussement snob.

« Je peux faire jouer mes contacts pour te garder dans mon carnet d’adresses, peut-être bien ! Je ne suis pas un simple massothérapeute, après tout...! »

Un nouveau rire franchit le seuil des lèvres de Hwan Su, qui a un petit clin d’oeil amusé pour son compagnon du soir.

Hors Jeu:
 


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 10/11/2013
Notes : 178
Age : 25
Sur le bateau je squatte : Sun Desk


Posté le Lun 31 Mar - 23:16

La dernière remarque caressante de Chul Hei amène le blond à hausser les yeux au ciel avant que ces derniers n’arborent de l’amusement. Le styliste pouvait sans peine deviner ses pensées en cet instant précis, cela s’apparenterait à un «  Mais quel dragueur celui-là !» ou dans ces eaux là en tous cas. Néanmoins ceci  ne semble pas déranger Hwan Su plus que cela,  il reste auprès du brun et le laisse continuer son petit numéro de séduction en toute subtilité. La discussion dévie sur une rencontre que le jeune massothérapeute avait fait un peu plus tôt, un autre joueur d’échec. Joueur qui semblait tenir une place toute particulière dans le cœur de Hwan Su, qui en parlait  avec des étoiles dans les yeux. Il soupire longuement adoptant un comportement propice à se faire plaindre d’autrui. Sacré Hwan Su… Le brun retient un petit sourire ne voulant pas vexer la diva qu’il avait face à lui, une crise de nerfs était si vite arrivée. Or il ne souhaitait pas découvrir ce que cette furie pouvait bien faire une fois vexée. «  En effet j’apprenais beaucoup à jouer avec lui, même si je n’ai jamais gagné encore. Mais que veux-tu. Visiblement, je n’ai pas encore trouvé d’argument assez frappant ! Et vu la bête, je n’en trouverai probablement pas. ». Cette fois un petit rire franchit les lèvres du styliste « Tu ne te laisses pas décourager au moins, la persévérance, il n’y a que ça de vrai! Il donna un petit coup de coude à son compagnon pour la soirée. Te voir baisser les bras ce ne serait pas toi! ». La discussion avance et il se fait à nouveau séducteur, soulignant le fait qu’il se serait souvenu du beau visage de son interlocuteur si il l’avait croisé. Se connaissant il aurait sûrement trouver moyen d’inviter cette ravissante créature blonde à boire un café sur la terrasse d’un troquet bondé à l’image de la ville perpétuellement animée. « Non, je ne crois pas que nous nous soyons rencontrés, en effet.  Je te souhaite une belle et longue carrière. Tu sembles bien parti pour ça, à t’entendre parler. ». En entendant le blond dire cela, le styliste sourit et incline la tête en remerciement de ces mots d’encouragements.

Tandis que le massothérapeute essuie les graciles lianes qu’on appelait plus communément jambes, Chul Hei évoquait avec le sourire aux lèvres sa vie aux côtés de « ses reines ».  Ce qui ne manque pas d’amener un sourire sur le visage de son vis-à-vis. « Elles sont chanceuses, je les envie. Tu as de l’affection pour ces gens, ça paraît. Et c’est vraiment beau à voir. Plus que le mâle alpha ronchon que tu as essayé de me montrer un peu plus tôt. ». Le brun hausse les épaules, souriant. « On peut bien être un peu des deux. Il fit un petit clin d’œil à l’intention de son interlocuteur. Être dans mes bonnes grâces ça se mérite! » . Il rit et ne riposte pas à la petite bousculade donnée par Hwan Su, le chat étant d’humeur à se prélasser encore. Le pacha est néanmoins rapidement échaudé, se prenant « un vent » pour vulgairement parler. Et oui Chul Hei, on ne pouvait pas gagner à chaque fois. Mais le brun est bon perdant et accepte de bonne grâce la défaite, continuant de converser avec le blond qu’il trouve toujours d’aussi bonne compagnie. Pour sûr qu’il aurait plaisir à le revoir durant son séjour sur le paquebot, et pourquoi pas profiter quelque peu de ses belles mains sur sa peau, en tout bien tout honneur bien sûre. Quel dommage d’ailleurs…

À présent, le brun évoque son métier avec passion et ferveur, s’emballant comme à chaque fois qu’il était question de mode. Si vous n’aviez pas de temps devant vous, ne lancez jamais le styliste sur le sujet, il risquerai de vous perdre dans ses mots et de vous faire perdre la notion du temps, perdre aussi votre rendez-vous. Pas de panique, il se proposera très sûrement pour vous dépanner, du moins sous la réserve que vous lui plaisiez… Il finit par se rendre compte qu’il s’était encore une fois embarqué dans un long monologue et se confond en excuses . Cet élan verbal ne sembla néanmoins pas avoir dérangé Hwan Su qui secoue négativement la tête. « Ne dis pas ça. Ce que tu dis est tellement intéressant que c’est moi qui ne verrai plus le temps passer. ». Chul Hei ne dit rien, mais un sourire éclaire son visage, décidément il appréciait de plus en plus ce charmant jeune homme. Ce dernier se relève avec l’aide du bras au brun et l’entraîne à sa suite, s’installant gracieusement sur l’une d’elle. Peut-être un poil maniéré, mais le brun trouvait au contraire ce soin à s’installer en adéquation avec l’homme soigné qui se trouvait devant lui. «  Tout le monde devrait être aussi passionné que toi quand vient le temps de parler boulot. Le monde s’en porterait mieux. Je suppose que c’est la joie et la douleur d’être un artiste ! » . Un petit rire filtre des lèvres du styliste. «  En même temps, ce n’est pas tout le monde qui a le luxe d’embrasser une carrière qui lui plait. Et  nombre de personnes s’engagent dans une profession fastidieuse et pénible afin de pouvoir payer leur logement à la fin du mois. Je m’estime heureux de pouvoir mener une vie bohème. »

La tablette est gracieusement tendue et Chul Hei s’en saisit délicatement, s’installant  au bord de la chaise longue où était installé Hwan Su. «  Tu me montres ce que tu fais ? J’adorerais voir ! ». Le brun se contente d’un petit sourire tandis qu’il recherche son instagram où il postait très régulièrement des croquis et création effectuées sur son temps libre.  Il voit le regard de Hwan Su s’illuminer de malice. « Mais j’y pense… Tu ne serais pas un très bon contact, toi ? ». Lui aussi ne perdait pas le nord! Il redresse le menton dans une attitude fière, un brin snob même. «  Je peux faire jouer mes contacts pour te garder dans mon carnet d’adresses, peut-être bien ! Je ne suis pas un simple massothérapeute, après tout …! ».  Chul Hei rit de bon cœur avec son interlocuteur et reprend enfin la parole. « Pas besoin de ça, j’accepterai avec plaisir de te donner mon numéro. Sous réserve que tu acceptes de boire un café ou un verre en ma compagnie de temps à autre. » Petit clin d’œil pour Hwan Su, il tend à nouveau la tablette à son propriétaire. Il commenta les nombreux clichés, nombre étaient des croquis ou pièces mais aussi des photos d’évènements prestigieux auxquels le jeune homme avaient assisté et même participé. C’est alors qu’il eu un pic d’inspiration en revoyant une image qu’il avait lui-même oublié, il se redressa et eu un petit sourire gêné à l’attention du blond. «  Et je vais devoir hélas te laisser, non pas que ta compagnie soit désagréable au contraire… mais l’inspiration n’attends pas et l’on ne fait pas attendre l’inspiration. J’aurais aimé te raccompagner jusqu’à ta cabine mais…. Cela serait inconvenant. Il baisa la main de Hwan Su. Au plaisir de te revoir Hwan Su, passe une bonne nuit. » Le brun partit aussitôt , un sourire énigmatique sur le visage. Le blond aura tout le loisir de découvrir un petit bout de papier où trônait un numéro là où se trouvait il y a peu le styliste. Comment était-il arrivé là ? Chul Hei  n’avait pas dans ses habitudes de révéler ses secrets, à l’image des illusionnistes virtuoses. Mais pour l’heure, un tout autre art l’appelait…

Hors-Jeu:
 

_________________

Heartbreaker
Don't get too close....It's dark inside, it's where my demons hide.
 



 

Midnight Sun feat. Im Chul Hei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ben harper feat Vanessa da Mata
» Dernier Pro feat Mc Tia (Rappeuse Danoise) - Prod Lp2
» naowaxx world feat gerard baste , orelsan , féfé...
» [Clip] MYSA Feat DEMI PORTION - M'évader
» [Clip] Mysa feat. Kadaz - Mon inspiration