RSS

RSS



 

 

 Pourquoi suis-je toujours le seul à défaillir?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Dim 24 Nov - 22:51

Kiyoshi se réveilla ce matin avec une boule au ventre et toujours dans ces moments là il ne résistait pas à prendre sa dose quotidienne pour aller mieux, dans un sens.... Il se déshabilla sans bruit, pour ne pas réveiller son colocataire mais aussi meilleur ami, et prit la direction de la douche. Il regarda les cicatrices le long de ses bras et soupira longuement, le japonais était complètement scarifié le long des avant bras il ne trouvait même plus un espace pour continuer à se faire souffrir. Il avait pris cette habitude peu après sa rupture avec Eun Bin,l'amour de sa vie, tout comme se droguer et boire. C'était devenu la seul fçon de se sentir vivant , son coeur n'éprouvant plus rien. Cela était devenu son quotidien, comme cela l'était il ya 10 ans... .

Il sortit de la douche avec une simple serviette autour de la taille et se chercha des vêtements pour aller prendre un verre. Oui il n'était même pas encore 10h mais il s'en foutait bien pas mal. Il opta pour une tenue simple mais élégante, avec toujours des manches longues pour cacher ses secrets. LOOK . Il arrangea ses cheveux du bout des doigts et attrapa son porte monnaie pour payer ses boissons cash. Il espérait être seul et ne pas rencontrer Hyo Jin que certainement le sermonnerai si elle le voyait si tôt. Il sourit à cette pensée et fit une dernière caresse à ses animaux avant de partir.

Il monta sur le dernier pont et s'assit à une table de la terrasse, soulager de ne pas trouver Hyo Jin au service. Kiyoshi mit ses lunettes de soleil, ses yeux étaient devenus sensible avec la drogue, la lumière le gênait beaucoup. Il fit signe à un serveur de venir et commanda un sex on the beach mais léger en Malibu n'aimant pas le goût prononcé de l'ananas et lui rappelant aussi Eunnie. Il observa un long les gens au bord de la piscine et fit son sourire en coin tout en pensant "Pathétique!". Le serveur arriva avec sa commande et le jeune japonais  en pris une gorgée. Erk il avait trop le goût de l'ananas. Il le renvoya ainsi 3 fois n'aimant toujours pas les cocktails qu'on lui apportait. La colère montait petit à petit en lui.

-Y a moyen que je parle à votre barman?!... enfin si on peut appeler ça comme ça... parce qu'il est assez infecte, on dirait qu'on fait exprès d'essayer de m'empoisonner avec tout ce Malibu!


Invité

avatar




Posté le Mar 26 Nov - 17:53

Crois-tu être seul ?

feat. Damian & Kiyoshi
La journée ne faisait que commencer, mais s'était déjà montrée rude, si bien que je n'en voyais pas encore le bout et que j'étais persuadée de ne jamais le voir. Il n'était que neuf heure-et-demi et ce n'était pas le moment le plus palpitant : les enfants qui réclamaient leurs jus de fruits, les parents qui criaient contre leur manque flagrant de politesse, les pleurs pour les plus susceptibles des bambins, et puis finalement leur jus de fruits que nous devions préparer.. la routine. C'est d'ailleurs en observant un petit garçon de trois ou quatre ans qui tenait entre ses mains son verre, visiblement passionné par l'étrange couleur, que je me surpris à soupirer en pensant au mien. Au notre : je devais me faire à l'idée d'avoir retrouvé son père et devoir partager ma petite perle rare. Et même si c'était des gestes les plus égoïstes, je portai ma main sur mon cœur en soufflant de soulagement en le sachant avec Min Hwan plutôt qu'avec celui-ci. Une nouvelle à la fois, je n'étais pas prête à tout encaisser.

Laissant ma collègue s'occuper d'une des rares commandes du matin en profitant des éclats de rires des jeunes à la piscine, je tentai de me rendre utile en attrapant un verre mouillé que j'essuyai distraitement d'un coup de serviette. Puis arriva un groupe de sept ou huit gosses -tentez donc de les compter avec une telle agitation!- qui ne laissèrent aucun répit à celle-ci et je tachai donc de m'occuper d'une nouvelle commande. Ayant l'habitude des multiples cocktails, j'attrapai les bouteilles pour préparer un Sex On the Beach, quoiqu'intriguée par une telle demande de bon matin. Puis en peu de temps un deuxième, une troisième, et une quatrième. Je me décidai donc à lever les yeux du bar pour tomber sur une vue aussi misérable que déplaisante, et pourtant si désirée. Comprenant qu'avec Kiyoshi il ne tarderait pas à y avoir scandale -ces riches je vous jure ! kofkof..-, j'échangeais un regard angoissé avec le serveur : j'étais, suite à une histoire, sur la sélecte et s'il en faisait vraiment toute une histoire je risquais de virer.

Pour une fois je profitai de ce que je pensais être mon rang de privilégiée dans son cœur pour taire l'histoire et m'avançai, sûre de moi. Mes pas étaient toujours parfait, ma silhouette toujours élancée, et mes talons faisaient toujours clac clac, seulement ce n'était plus des chaussures à des millions de wons. Je pris des mains du serveur le plateau et l'abatis fermement sur la tête du père de mon enfant de façon à manifester ma colère : « T'as payé plus ? Non, je crois pas, alors tu fais comme tout le monde et tu joues pas au Prince, araseo ?! Y'a d'autres gens qui attendent, alors ou bien tu évites de boire dès le matin, ou bien tu patientes et tu t'accommodes. La serveuse en a ras-le-cul de tes caprices. » C'était toujours ma manière de m'affirmer, crier. Que ça lui plaise ou non j'ai toujours eu un fort caractère et des réactions démesurées. Enfin bon, la nuit avait été mauvaise et mouvementée surtout, je n'allais pas en plus me faire marcher dessus par un simple client.



Invité

avatar




Posté le Jeu 28 Nov - 1:20

Some saw the sun, some saw the smoke, some heard the guns, some bent the bow.  Sometimes the wire must tense for the note. Caught in the fire, say oh, we’re about to explode. Carry your world, I’ll carry your world. Some far away, some search for gold, some dragon to slay. Heaven we hope is just up the road. Show me the way, Lord because I'm about to explode. Carry your world and all your hurt.
Et pourquoi pas ?

Journée calme, ça faisait du bien, enfin normalement c’était encore un jour où je n’avais aucune responsabilité, du moins ce fut le cas jusqu’à environ… Neuf heures, miracle, là j’ai finalement reçu un appel pour venir chercher mon neveu qui me réclamait corps et âme depuis un moment. Pourquoi mon numéro était prévu pour les urgences ? Eun Bin en avait toujours de bonnes… Bon, allez, s’occuper du bébé bout de choux pour la journée, c’était parti. Je m’étais finalement préparé en vitesse pour aller récupérer le colis, le gros colis qui a besoin de couches encore. Heureusement que tout était prévu pour ce petit monstre en puissance. Du coup, ça y est une heure plus tard, nous étions de retour dans la chambre, je m’occupais de ranger ce qui était inutile dans la chambre en ne prenant que le strict minimum. « Bon, allez, je te promets, on va voir maman et on lui réclame un petit déjeuner du tonnerre, enfin j’ai prévu les croissants~ » Façon de parler, quoi que non, nous étions vraiment partis prendre des croissants dans une boulangerie française, parce qu’on ne se refuse rien quand on s’appelle Damian. Donc voilà, maintenant je l’avais préparé à sortir de nouveau et nous étions donc fin prêts pour aller embêter sa chère mère. Un petit trajet et un détour par les toilettes en fait parce que voilà, un enfant en bas âge parfois ça fuit un peu trop, c’est tellement glamour de savoir que je fais ce genre de choses, enfin je m’occupe d’un enfant voilà tout.

Et voilà après quelques minutes de marche on rejoignait le pont supérieur et donc l’endroit où la chère maman de ce petit bambin travaillait. Mine de rien, il me tannait avec sa petite maman ce gosse, il l’aimait oui mais moi aussi je l’aime sa mère. Bah quoi ? C’est ma sœur, normal que je l’aime de tout mon petit cœur rétrécit au maximum. Bah en vérité il n’avait de la place que pour deux personnes, sa famille quoi, après il était susceptible de s’agrandir mais encore fallait-il que je trouve les bonnes personnes pour pousser les barrières de mon petit cœur. Bon bref, il y aura bien des personnes qui forceront le cadenas de mon espace personnel, je le sais bien mais je me préserve au maximum pour le moment voilà tout. Puis nous arrivions enfin au bar, ce petit fou savait déjà qu’il voulait un grand verre de jus d’orange, il m’en avait presque fait un roman. « Nous y voilà~ » Et voilà, il était déjà parti en courant du haut de ses trois pommes, tout ça parce qu’il avait vu sa mère et il allait s’accrocher à sa jambe comme une sangsue. C’était drôle, surtout qu’elle semblait engueuler quelqu’un. Ce n’était pas vraiment surprenant dans le fond, enfin je me demandais bien ce qu’il se passait mais bon. Priorité à récupérer la mini sangsue pour le moment.

Je m’avançais donc et je tirais une grimace ensuite avant de souffler un « désolé » en direction de Eun Bin, de toutes façons, elle n’avait pas le droit de lui en vouloir, c’était un petit garçon accroché à sa mère. « Dis, puisque maintenant je t’ai sous la main, on pourrait avoir deux jus d’orange, s’il te plait ? Je… Je te ferais un massage si tu veux~ » Et un de mes plus beaux sourires pour qu’elle craque, de toutes façons, je lui aurais demandé n’importe quoi, elle l’aurait fait, c’était comme ça. J’en aurais fait tout autant aussi il faut dire. Bon maintenant que j’avais récupérer le petit garnement dans mes bras, je fis un bisou sur la joue de ma grande sœur avant d’aller trouver une table. Il fallait que j’installe correctement ce monstre et qu’il accepte de ne pas bouger. Le père ? Bien évidemment que je l’avais totalement ignoré, c’est limite si j’ignorais sa présence, en réalité je ne savais pas du tout à quoi il ressemblait. Difficile donc, de le repérer et de savoir qu’il avait été à quelques mètres de moi…



Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Lun 2 Déc - 16:56

Quand il vit une furie avançait vers lui, il mit moins d'une seconde pour la reconnaître. Toujours elle... . Elle le suivait donc partout où quoi? Il avait bien compris qu'il avait éveillé le démon en Eun Bin quand il se reçut sur la tête un coup de plateau. Eeeeshhh ça faisait mal mais bon il l'avait comme d'habitude mérité son sort à force de faire tous ces simagrées. Il se leva d'un bond de sa chaise et la regarda avec insistance.

-Toujours un plaisir de te croiser...

Puis lui tourna le dos pour se diriger nonchalamment vers le comptoir pour aller parler à son supérieur. Qu'est-ce qui le retenait maintenant qu'ils n'étaient plus ensembles? Il ne la couvrirait plus comme avant. Pourtant il se souvenait souvent de ce dîner dans un restaurant gastronomique duquel ils étaient partis sans payer, cela avait bien changer.

Cependant à peine avait-il commençait à s'avancer qu'il s'arrêta net en voyant ce petit garçon lui passer devant sans le voir et s'accrocher à la jambe de Eunnie. Son cœur se rompit par tant d'ignorance de la part de son propre fils. Mais était-ce vraiment la faute de ce gosse si personne lui avait dit qu'il était son père. Un autre jeune homme s'occupait de lui apparemment et sembler bien trop familier avec la femme qu'il aimait. Kiyoshi grimaça, se ravisa et se mit face à Damian ne le connaissant pas et le détaillant de la tête aux pieds: vêtements de luxe, accessoires pareil et coupe de cheveux classe.

-Donc c'est toi qui m'a remplacé? puis s'adressant à Eunnie toujours aussi aimable que précédemment, tu les prends un peu jeune maintenant enfin peu importe du moment qu'ils ont de l'argent, n'est ce pas?


Invité

avatar




Posté le Ven 6 Déc - 20:32

Crois-tu être seul ?

feat. Damian & Kiyoshi
Les joues cramoisies, je fixai avec fureur l'être qui m'avait servi de petit-ami il n'y a pas si longtemps. Alors les gens de la haute étaient tous comme ça, impatients, exigeants, insupportables ? Moi au moins je rajoutais un s'il vous plait, même sec, mais il y était. Parfois. Enfin bref, je supportais pas qu'on joue à ça avec moi. Puis à sa phrase j'esquissai un sourire bourré de charmes mais aussi d'ironie. Un poing trouva sa place sur mes hanches, tandis que le plateau vint longer ma taille. « Plaisir non partagé sache-le bien. » Pensait-il que j'allais débiter quelques mots d'amour à son oreille ? Cependant en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, une petite sangsue vint s'accrocher à ma jambe en me faisant pousser un cri aigu, surprise. Je posai ma main sur mon cœur pour en calmer les battements fous, avant de m'accroupir pour embrasser avec amour cette petite bouille d'ange sur la tête, fixant le gamin avec autant d'adoration qu'il est possible. « Bah alors mon chaton, tu te promènes tout seul ?! » Je savais bien qu'il ne serait jamais venu ici tout seul, il n'était pas fou et pas bête -chose qu'il tient de sa mère voyez-vous- , et le fait qu'il soit accompagné ne faisait pas l'ombre d'un doute, mais je voulais toutefois m'amuser un peu quitte à voir sur son visage passer une trouille temporaire. Malheureusement je n'en eu pas le plaisir, mon Damian venait juste de faire irruption dans mon champ de vision et en fit l'exclusivité un long moment, jusqu'à son baiser à vrai dire. J'adore cet homme, non seulement en tant que personne et ce malgré tous ses tords, mais aussi et surtout en tant que frère. Une vraie merveille, mais ça, je me garde bien de lui faire savoir, auquel cas il serait encore plus chiant qu'il ne l'est déjà. Je lui offris un doux sourire, passa ma main sur sa nuque pour caresser ses cheveux courts un instant le temps qu'il s'éloigne après avoir hoché la tête. J'étais si absorbée par les deux amours de ma vie, les deux seules personnes à avoir capturé mon coeur, que j'ignorais royalement Hanabusa Kiyoshi : qu'il parle à mon supérieur s'il le voulait, connaissant mon patron, il aurait la même réponse que moi. S'il ne payait pas plus, il n'aurait aucune faveur. Raisonnement de radin, raisonnement malin.

J'haussai les épaules et après un dernier regard à la table Lim, retournai occuper mon poste derrière le bar pour aider ma collègue ainsi que préparer les deux jus d'orange demandés. Le tout ponctué de petits coucou à mon fils, de baisers envoyés, et ce genre de petites attentions touchantes qu'une mère et son fils échangent. Qui aurait cru que je me serais retrouvé avec un gosse dans les pattes si tôt et que, pire, si c'était le plus immonde des calvaires, c'était aussi le plus grand des bonheurs ?

Seulement quelques verres plus loin, alors que je portai les deux jus de fruits à ma famille, l'éclat de voix de Kiyoshi attisa ma curiosité, et c'est avec une boule dans la gorge que je pus assister à un affrontement visuel entre les deux hommes. Gênée, je posai les verres sur la table et m'apprêtai à, courageusement, planter Damian là pour me réfugier derrière mon statut d'employée censée travailler, quand une question étrange me fut posée. Enfin question.. Bref vous avez saisi l'idée. Alors il pensait que Damian et moi.. ? Je me mordillai la lèvre inférieure avant d'esquisser un grand sourire : et pourquoi pas. Me laissera-t-il tranquille après, comprendra-t-il enfin que malgré toute la tendresse qu'il m'inspire, j'ai tourné la page, et que revenir en arrière ne ferait que raviver les doutes, la peur et la douleur ? Je passai mon bras autour de celui de mon cadet et après avoir embrassé sa mâchoire, me mis à rire de mon stratagème.

- « L'argent ne fait pas tout. Il aussi qu'ils soient beaux, bourrés de charme, drôles, attentionnés, .. N'est-ce pas ? » C'est à mon frère que je m'adressai alors, espérant qu'il joue le jeu. Et puis.. Si je n'avais pas démenti, je n'avais rien dit non plus qui portait réellement à confusion pour ceux n'ayant suivi la conversation. J'avais aussi pesé mes mots pour rester dans l'incompréhension de l'enfant. C'était osé, risqué, mais qu'importe j'aimais jouer, en tant que garce confirmée. Et le divertissement n'était qu'à son préface, je le sentais. Je sais que ma proximité avec l'homme était parfois sujet à tromperie, mais j'ai toujours été extrêmement proche de lui et tactile, qu'importe le regard des autres.




 

Pourquoi suis-je toujours le seul à défaillir?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi suis-je conditionné à ne pas aimer la musique dite « commerciale » ?
» Je suis seul pour graspop
» L’histoire du gant à paillettes de Michael Jackson
» Mon pc tourne à 100%
» Nain Jaune