RSS

RSS



 

 

 Pure Morning

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Jeu 21 Nov - 15:26

Un bateau. Une tornade. Une voile déchirée. Un couple horrifié. Puis une disparition. Kiyoshi se réveilla en sursaut et en sueur. Sa respiration était saccadée. Il venait de faire encore cet angoissant et maudit rêve. Cela le poursuivrait donc toute sa vie? Il voulait penser à quelque chose de positif pour une fois. Il essaya de se rendormir mais rien n'y fait il resta les yeux grands ouverts jusqu'au matin. Arrivé 8h il se dit qu'il était temps de se préparer et d'aller prendre son petit déjeuner sur la terrasse supérieur de ce navire et quoi de mieux pour l'accompagner que son meilleur ami. il envoya donc un message auquel Tae San répondit positivement. Il se prépara tranquillement: douche, habits, coiffure, parfum et le voilà prêt à partir pour le rejoindre. LOOK


Ils avaient décidé de se retrouver au bar de la terrasse et Kiyoshi arriva le premier. Il retira ses lunettes de soleil et fit signe à son ami au loin de venir s'assoir, il était affamé et commanderait tout ce qui était sur la carte. Pancake, muffins, vienoiseries, jus de fruit, café mocha, fruits. Oui tout ça! C'était un estomac sur pattes et à deux ils en viendront facilement à bout. Il fit signe en direction du bar, sans trop faire attention à qui s'y trouvait, après s'être mis d'accord sur la commande. Tae San et Kiyoshi ensembles ça faisait une table bien bruyante pour un matin mais ils s'en foutaient complètement.


En voyant la serveuse arrivée, ils lancèrent en même temps un OOOOHHH d'étonnement. Oui ils la connaissaient bien, trop bien, tous les deux. Tae san était son premier amour et Kiyoshi juste un coup d'un soir. Mais ils sont toujours très bien entendus. Le sourire de Kiyo se dessina sur son visage.

-Donc il a fallut que tu nous suives ici aussi. On se surveille mutuellement tu sais fallait pas t'inquiéter! Puis pourquoi tu travailles? On va pas pouvoir se mélanger entre vacanciers et personnel.... Pourtant j'en connais un en face de moi qui aimerait se mélanger avec toi.

Oui il était fier de débiter des conneries à longueur de journée. De les voir tous les deux se regarder si amoureusement et envieusement qu'une idée lui vint en tête. Il allait les réunir coûte que coûte sur cette croisière. Un sourire de satisfaction apparut en un instant sur son visage.

-On a commandé! tu peux nous apporter tout ça si te plait Hyohyo ♥. T'es trop mignonne dans ces vêtements.

Oui il commençait dès maintenant les hostilités.


Invité

avatar




Posté le Jeu 21 Nov - 22:21




I COULD BE YOUR KRYPTONITE.

"Je reste avec toi parce que t'es mon ami. On l'aime en entier. On ne prend pas que les bouts qui nous plaisent, on ne le soutient pas que quand ce qu'il fait est bien. On l'aime quand il fait des erreurs, quand il marche de travers, quand il ne fait pas les bons choix. On ne choisit pas les moments où on doit être là pour lui:  On doit être là tout le temps, pas seulement quand tout se passe bien."


Depuis que je suis sur ce bateau, j’ai l‘impression de ne pas avoir une minute à moi et ça commence à devenir déprimant. Je ne suis pas du genre à baisser les bras, mais j’avoue quand ce moment, je ne souhaiterai qu’une chose : avoir un moment de répit. Les heures s’enchainent à vive allure, alors quand j’ai l’impression d’y arriver il a y toujours autre chose que je dois faire. Enervant. Aujourd’hui j’ai commencé à 4h  du matin et je n’ai qu’une hâte c’est être à 10h de la matinée pour qu'elle se termine, je pourrais ainsi avoir une après-midi au calme sans être là à servir des voyageurs peu aimable, mais le plus souvent colérique et immature, comme si tout leur étaient dus. Je me suis préparé sans être motivée. Je me suis habillée simplement pour être à l’aise dans mes mouvements, j’enfile mes baskets qui n’ont plus vraiment de charme, mais elles sont confortables c’est le principal. Je sors de ma cabine. La journée commence. Je n’ai même pas prit le temps de manger ou de boire quoique ce soit, j’ai l’habitude. Aujourd’hui, je suis sur la terrasse. Le temps est plutôt clément. Le soleil brille c’est agréable . J'arrive au comptoir, le barman s’approche de moi et me montre la table où je dois servir la commande, je lui souris puis je vais à l’extérieur, je me dirige vers les clients. Je suis surprise je ne m’attendais pas à ce qu’ils soient là, tous les deux. Je ne montre pas pour autant que je suis mal à l’aise, je suis maintenant devant eux, ils sont out aussi surprit que moi, mais je ne dis rien. Je sors mon calepin comme si de rien n’était, je fais mon travail, et je prends un stylo qui se trouvait dans ma poche arrière. Je ne veux même pas lui répondre, je trouve ça tout simplement inutile et ce n’est pas le moment de parler aussi familièrement, je me force à sourire afin de paraître professionnelle, ce que je suis d’ordinaire. Les voir tous les deux n’étaient pas ce que j’avais prévue. Kiyoshi ne se rend pas compte à quel point il passe pour un idiot, je ne lance même pas un regard à Tae San, je n’ai pas  le temps pour ça. Ça n’a pas l’air de lui plaire mais je m’en moque. Rien que de le voir dans mon espace ça m’étouffe et ce genre de sensation je ne peux pas le manipuler ou le supporter. Je range mon calepin et mon crayon, je jette un œil au barman qui me fait signe de venir prendre le plateau, puis je m’incline un peu avant de prendre la parole.


« Bien. Je vais vous chercher ça tout de suite. » - je souris poliment, je sens que Tae San est tendu ou alors qu’il est sur le point d’exploser. Je voudrais lui dire de ne pas faire de scène et de ne pas rendre les choses encore plus compliqué. Je m’avise quand j’entends Kiyoshi me complimenter comme si c‘était le moment. Des regards indiscrets voir méprisable se dirigent tout droit vers moi. Les gens font preuves d’aucune compassion et d’ouverture d’esprit, parfois que ça en est désolant. Je pose ma main sur la table puis je le fixe, d’un regard plutôt menaçant si j’avais des balles dans les yeux, je le fusillerai sur place, enfin à l'arme blanche bien sûre. Je murmure pour qu’ils soient les seuls à entendre. « Ferme là Kiyoshi. Tu crois que j’ai le temps de plaisanter! Toi par contre ta toujours une tête de fouteur de trouble. Sur ceux … » - je souris poliment avant d’ajouter «  Je vous apporte ça tout de suite. »


Pourquoi je ne peux pas avoir une journée tranquille, depuis que je suis ici j’ai l’impression que c’est impossible et plus j’avance plus je me rends compte que ma vie ne cesse d’être agitée. Alors que je suis sur le point de prendre le plateau, je sens une présence derrière moi. C’est Tae San. Qu’est ce qu’il lui prend, il me fixe d’une façon étrange, je me dis qu’il a sans doute pas apprécié que je l’ignore. C’est ce qu’il me dit d’ailleurs et je ne le savais aussi persistant. C’est plaisant voir drôle venant de lui, car ce n'est pas son genre. Il se contente d’être face à moi, m’adressant quelques mots et quand je le sens s’approcher, je m’éloigne. Je suis blessante et peu sentimentale et compatissante, mais j’ai mes raisons. Un sourire narquois courbe ses lèvres, alors qu’il se penche pour payer la commande, son odeur est toujours aussi familière, je me surprends à fermer les yeux, quand subitement il disparaît. Il retournait sur la terrasse avec Kiyoshi, il est parti. J’y crois pas, il me laisse en plan, vaut mieux pas pour lui que je le croise, sinon je lui referai le portrait. Et puis qu’est ce qui me prend là ? Je l’ignore et pourtant quand lui m’ignore, j’apprécie pas. Pauvre type ! Pourquoi tu me prends toujours la tête. Je prends le plateau dans mes mains et je vais vers la table et je m’arrête devant Kiyoshi. Je pose les viennoiseries puis les boissons chaudes. Je souris un peu puis je prends la parole. « Il doit avoir un problème de digestion ton pote ! Il est parti je préfère te le dire pour pas que tu t’inquiètes ok !? Tiens mange et réchauffe toi. » - je ne suis plus en colère contre lui, je redeviens protectrice envers lui, soucieuse de sa petite personne. Je regarde ma montre discrètement plus qu’une demie d’heure et je me barre, loin d’ici. Je soupire un peu, je prends mon courage à deux mains, avant de me diriger vers d’autres tables, prenant commande sur commande. Je demande ensuite au barman si je ne peux pas aller me rafraîchir un peu, il accepte je retire le tablier que je mets derrière le comptoir, lui étant reconnaissante. Je vais au toilette pour dames, je me rafraîchis le visage. J’ai une mine affreuse, mes traits sont tirés. Je tapote  un bout de papier sur ma peau, ne prenant pas la peine de voir si mon visage est regardable ou non, je sors des toilettes, mon front est presque collé à la porte. Ma vie est nulle presque déprimante sans pour autant être ennuyeuse. Voilà le résumé de ma vie.

love.disaster


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Ven 29 Nov - 13:15

Kiyoshi adorait pousser Hyo Jin dans ses derniers retranchements pour que Tae San la sauve toujours sur son cheval blanc. Il l'avait observé se lever à la poursuite de cette jolie jeune femme, espérant qu'il ne la froisserait pas avec son regard froid. Mais aujourd'hui il n'était apparemment pas d'humeur et avait décidé de prendre la poudre d'escampette après avoir échangé quelques mots avec elle. Cette dernière était d'ailleurs venue lui annoncer que ce grand babo était parti sans rien lui dire en lui amenant son ptit déj. Le japonais aurait bien pu le manger tout seul mais il voulait quand même prendre des nouvelles de son amie au vu de ses traits tirés et lui chuchota à l'oreille après l'avoir attiré vers lui devant le regard des clients effarés ou jaloux de cet échange.

-Tu as une pause bientôt ou tu finis à quelle heure? Je peux pas manger tout ça seul! Puis je dois te .... euh... parler de trucs, choses, enfin te parler.

Oui il y avait eu quelques changements concernant sa vie sur ce bateau. Eun Bin, la femme qui l'avait refait chavirer dans ses vieux démons, était à bord de se bateau en tant que barman, et lui avait annoncé qu'il était père par la même occasion, d'un petit garçon de 3 ans nommé Aido. Pour le moment elle ne voulait pas lui confier à cause de ses addictions, il n'avait pu que le voir de loin et ça le ronger encore plus que sa rupture avec elle. Tout ça il devait le dire à Hyo Jin car il savait bien qu'elle finirait par s'inquiéter à son sujet. C'était sa petite maman de substitution, toujours à le couver et à se soucier de lui parce qu'elle le savait affaibli. Des fois il en rajouter pour qu'on s'occupe de lui mais elle le savait aussi très bien. Etre proche de Kiyoshi peut-être la faisait être proche de Tae San par procuration?

Spoiler:
 


Invité

avatar




Posté le Ven 29 Nov - 22:00




I COULD BE YOUR KRYPTONITE.

"Je reste avec toi parce que t'es mon ami. On l'aime en entier. On ne prend pas que les bouts qui nous plaisent, on ne le soutient pas que quand ce qu'il fait est bien. On l'aime quand il fait des erreurs, quand il marche de travers, quand il ne fait pas les bons choix. On ne choisit pas les moments où on doit être là pour lui:  On doit être là tout le temps, pas seulement quand tout se passe bien."


Je pensais qu’il m’aurait laissé tranquille une fois que je lui aurai emmené sa commande. J’étais un peu surprise de cette situation je ne m’y attendais pas du tout. D’habitude il n’agissait pas vraiment ainsi, quand nous étions en public. Je ne peux donc pas m’empêcher de m’inquiéter pour lui, ce qui a tendance à me rendre nerveuse et j’ai aussi mal au ventre quand je le vois ainsi, il fallait absolument que je reste avec lui. Après tout j’avais des heures à récupérer et puis ce matin il n’y avait pas tellement de monde, donc je pouvais demander au barman si ça ne le dérangeait pas si je quittais mon service maintenant. En ce moment je me fichais pas mal des regards qui devaient se pointer vers notre direction, je pouvais passer outre ma timidité parce que je sentais qu’il n’allait pas bien. L’entendre murmurer près de mon oreille, m’attirait vers lui, être si proche un truc cloché et il fallait absolument que j’éclaircisse tout ça. Pourquoi ne m’a-t-il pas envoyé de sms ? Ou même appeler ? J’aurai répondu et j’aurai tout fait pour venir le voir, enfin je me serai organisée, mais parfois on ne peut pas tout prévoir, il fallait que je me mette sa en tête aussi. Je lui parlais calmement, ma main sur son épaule pour qu’il retrouve sa place, il ne fallait pas qu’il reste trop près de moi. Pas que ça me dérange mais vous savez le regarde des gens ne voit pas forcément ce genre de comportement comme une bonne chose.


«  Attend moi là. Je vais parler au barman. De toute façon il m’en doit une non même plusieurs tiens ! Les heures sup’ et puis je dois récupérer donc ça devrait le faire et puis y a presque personne ce matin, il devrait savoir gérer sans moi.  Pas vrai ? » - et voilà je parlais beaucoup ça c’est quand j’étais inquiète et rien qu’en voyant mon regard, on pouvait voir que j’avais du mal à détacher mes yeux de lui, pourquoi me parait-il si fragile ? Comme s’il risquait de se casser à tout moment ? Je serai la plateau contre mon ventre puis je me dirigeais vers le barman. J’avais raison puisqu’il m’autorisa à stopper mon service pour aujourd’hui, en vérifiant bien sûre, comme si j’étais du genre à mentir pour ce genre de chose, mais passons. Je lui souriais aimablement, je me dirigeais vers les vestiaires, ouvrant mon casier rangeant le tablier dans celui-ci, le fermant à double tour. M’attachant les cheveux vite fait, me fichant pas mal de mon apparence. J’enfilais ma veste en jean noir, boutonnant quelques boutons, sortant de la pièce puis je me dirigeais vers l’extérieur, le rejoignant, les mains dans les poches, je pris place à côté de lui, ayant pris le temps de tirer la chaise avant de m’asseoir auprès de lui.  Il fallait que je lui tienne la main ce que je fis, enlaçant nos doigts ensemble et serrant sa main fermement que je posais sur mes cuisses. «  S’il te plaît. Dis-moi ce qu’il ne va pas ? Tu as  mal quelque part ? Es-tu blessée ? » - je le regardais de la tête aux pieds, le fixant avec inquiétude je devais vraiment agir comme quelqu’un d’insensé et de trop soucieux. «  Ou alors je t’ai beaucoup manquée hein ? Pas vrai ? » - ça serai tellement bien si ce n’était que cela mais je n’étais pas stupide je savais qu’il pouvait se passer de ma présence pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines, je n’étais pas naïve après tout je n’étais qu’une amie et puis j’essayais aussi d’enlever se stresse et c mal de ventre qui me tiraillait. L’odeur du café avait quand même le don de m’apaiser un peu, mais pas entièrement.

love.disaster


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Lun 2 Déc - 16:30

Il avait bien vu qu'il l'avait trop inquiéter et maintenant il s'en voulait de lui créer du souci. Elle s'était dépêchée et revint à la table tout essoufflée. Je la laissais s'assoir à ma table et lui proposa de prendre à manger et à boire car sa mine était affreuse. Oui je ne lui cachais rien c'était une amie proche qui pouvait tout entendre et tout accepter de ma part. Encore maintenant fallait-il qu'elle accepte. Les regards environnants se faisaient toujours plus pénibles. Même lui les sentait, pourquoi n'aurait-il pas le droit de parler à une employée? Cela l'énervait plus que tout et avait envie de taper du point sur la table, il se retenait pour ne pas la mettre plus mal à l'aise. Il croquait à pleine dents dans un pain au chocolat et bus une gorgée de ce bon café qu'elle avait préparé.

-Comment tu vas? Tu as une mine affreuse! ils te traitent bien? sinon je vais régler ça avec mes points ><

Il ne savait pas par où commencer, c'était un grand bouleversement pour lui, dans sa vie, dans ses habitudes, dans sa dépendance. Il n'était pas prêt à surmonter tout ça seul.

-J'ai rencontré Eun Bin sur ce bateau... Et je peux te dire que j'ai eu une énorme suprise... . Je suis papa, t'entends ça! moi papa... Mais je sais qu'elle me cache quelque chose, elle travaille avec toi sans doute vu qu'elle est barman ici. Elle m'a dit qu'elle m'avait quitté parce qu'elle était enceinte alors que je l'avais demandé en mariage quelques semaines auparavant et que je voulais plus que tout au monde fonder une famille avec elle.

Ses yeux s'embuaient de larmes et c'est dans ces moment là qu'il se détestait plus que tout et qu'il se réfugiait dans la drogue. Ses mains tremblaient et maintenant tout le monde allait le regarder. Il se leva net et commença à partir la tête baissée, allongeant le pas et laissant Hyo Jin sur place. Il ne voulait pas qu'elle le voit comme ça, comme un looser bien qu'il l'était au fond.




Invité

avatar




Posté le Mar 3 Déc - 19:05




I COULD BE YOUR KRYPTONITE.

"Je reste avec toi parce que t'es mon ami. On l'aime en entier. On ne prend pas que les bouts qui nous plaisent, on ne le soutient pas que quand ce qu'il fait est bien. On l'aime quand il fait des erreurs, quand il marche de travers, quand il ne fait pas les bons choix. On ne choisit pas les moments où on doit être là pour lui:  On doit être là tout le temps, pas seulement quand tout se passe bien."


Franchement je n’avais pas faim du tout. En ce moment je savais que je ne pourrais rien avaler. Parce que j’étais trop inquiète et soucieuse, pour penser à manger ou boire quoique ce soit. Je restais assise à côté de lui, je n’avais pas l’intention de prendre la parole, j’entendais qu’il se confie à moi et ensuite je parlerai, je sais que j’aurai du mal à rester silencieuse ou de marbre. Ma façon d’agir ou de réagir pouvait parfois être différent et d’une extrémité à l’autre. Il était tendu et je devais prendre sur moi pour ne pas que mon anxiété prenne le dessus. Il me questionna, bon je devais quand même répondre à ses questions car je savais que si je ne le faisais pas il pourrait perdre le contrôle, lui c’était comme si ça ne le dérangeait pas d’agir sans réfléchir. Il était imprévisible mais c’est ce que j’appréciais chez lui. Je lui répondis calmement, mais il pouvait voir dans mon regard que ce n’était pas le moment de parler de ça.« Ca va. Je suis là parce que je veux écouter tes soucis on n’est pas ici pour parler des miens. En plus tu sais que je suis bien trop discrète et réservé pour parler de mes soucis. Ça n’à rien avoir avec toi ! Alors parle sinon je vais plus pouvoir supporter ce malaise. » - je serais ma main fermement sur ma chaise, tenant la sienne mais cette fois ci moins insistante. « Je n’ai pas faim Kiyoshi. » - maintenant il avait l’intention de parler. Je demeurais silencieuse et je l’écoutais du début à la fin. J’étais surprise. Je ne savais pas ce qui me traversa sur le moment, un frisson me parcouru, j’avais une sensation des plus désagréable comme si quelque chose de précieux m’était ôtée. Ses aveux me blessèrent plus que je ne l’aurai cru. Pourtant il n’y avait rien de sentimentale entre nous. Je pensais juste que sa présence à mes côtés pourraient demeurer éternellement, sans la moindre difficulté ni que quelqu’un pourrait avoir un impact aussi conséquent sur lui-même. En fait, la réalité m’avait envoyée une sacrée claque en plein visage, sa peine me peinait mais j’étais en colère contre lui.

Les gens partaient il n’y avait presque plus personne ici. Je ne savais pas comment réagir et le pire c’est qu’il fuyait et qu’il me tournait le dos, comme si j’étais juste là pour l’entendre se confesser et rien d’autre. Il me tournait vraiment le dos et avec brio sans le moindre regard. Ok il avait peut-être du chagrin mais moi dans tout ça ? Pensait-il un peu à moi? Ou juste comme quelque chose de futile qu’on vient voir comme ça et qu’on laisse derrière. Insupportable. Je me levais à mon tour, sans pour autant passer devant lui, je parlais fort, mes mots devant sans doute paraître blessant et dure mais là,  je m’en foutais royalement. « T’es vraiment un salop Kiyoshi. Tu me cause comme ça et tu te barres. Bein tiens ta dit ce que t’avais à dire et maintenant tu … tu me laisses ! J’y crois pas ! » - j’étais tendue, mais j’avais ce courage de venir face à lui, et je vis ses larmes, un rire presque amusé passa mes lèvres, j’avais quand même de la peine mais je n’avais pas l’intention de m’adoucir face à son chagrin.  « C’est pas en pleurant que tu résoudras tes problèmes. Oh !? T’étais peut être parti au toilette pour fumer un joint ? Je ne te retiens pas ! » - je me décalais lui laissant l’espace suffisant pour poursuivre son chemin « Après tout, qui suis-je hein pour t’en empêcher ? » - mes traits étaient d’avantage tirés sous la fatigue et sous mon anxiété et ma peine. Le pire c’est que je ne voulais pas qu’il parte, mais qui étais-je pour le retenir ? Une amie ? Oui c’est ça. J’allais agir avec contradiction vis-à-vis de moi-même et de ce que j’avais dit. Je le suppliais presque de rester auprès de moi et de ne pas partir ainsi, car j’avais peur qu’il fasse une connerie. « Reste. Je ne veux pas que tu me laisses. Je suis en colère c’est tout mais je t’aime encore plus mais je suis en colère ! » - je retenais mon chagrin car je devais être forte pour lui, je passais mes bras brutalement autour de lui, le serrant fortement, enlaçant mes mains ensemble derrière son dos. Je murmurais doucement - « Je n’ai pas la solution et pour le moment je peux juste t’écouter mais … je suis là … alors me tourne pas le dos ! Bâtard ! » - je ne le lâchais pas, il n’était pas question qu’il parte.

love.disaster


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Jeu 5 Déc - 14:27

Il savait très bien qu'elle ne le laisserait pas partir comme ça. Elle pouvait paraître au premier abord assez faible mais détrompez vous elle avait plus de caractère que n'importe qui d'autre à bord de ce bateau. Alors que lui était juste lâche et égoïste dans ce moment là. Il voulait juste s'enfuir, mourir, laisser les autres tranquille du fardeau qu'il était devenu. Ça faisait même plusieurs mois qu'il n'avait plus écrit quelque chose alors que c'était un parolier et compositeur réputé. Il ne faisait plus que se détruire et faire du mal à ses proches. Il ne le faisait pourtant pas exprès. Il comprenait que personne ne veuille de lui au final. Pourtant Hyo Jin en avait décidé autrement et ne laisserai pas tomber comme beaucoup l'ont fait auparavant ayant marre de son comportement. Et avec beaucoup de surprise la jeune femme le prit dans ses bras le serrant plus fort que tout. Kiyoshi ne put se retenir et s'écroula sous le poids de sa peine, pleurant tout ce qu'il avait sur le coeur. Il se retrouvait à genoux au sol comme le misérable être qui l'était l'entrainant avec lui, une main autour de sa taille et l'autre sur sa tête. Il la serrait vraiment fort. Il arriva à prononcer quelques mots et bien qu'il savait cela impossible il lui proposa  de s'enfuir.

-Enfuit toi avec moi... Je n'y arrive plus. Je vais mourir si je reste ici à la voir sous mes yeux, avec mon fils dans les bras d'autres hommes. Je vais peut être en tabasser quelques uns, j'en suis capable... . Pourquoi me fait-elle ça? Je lui ai pourtant donné qu'une seule chose (son coeur) dont elle devait prendre soin et elle n'a fait que me mentir et le briser en mille morceaux.

Il ne se calmait pas pour autant et commençait à trembler plus que de raison. Des bads trips ils en faisaient de plus en plus. Le voila devenu l'attraction du moment sur le dernier pont mais il était concentré sur Hyo Jin et ne voyait plus rien autour de lui.

-Aide moi si te plaît.

_________________
Let me love you again
Formidable. Tu étais formidable. J'étais fort minable


Invité

avatar




Posté le Dim 8 Déc - 22:27




I COULD BE YOUR KRYPTONITE.

"Je reste avec toi parce que t'es mon ami. On l'aime en entier. On ne prend pas que les bouts qui nous plaisent, on ne le soutient pas que quand ce qu'il fait est bien. On l'aime quand il fait des erreurs, quand il marche de travers, quand il ne fait pas les bons choix. On ne choisit pas les moments où on doit être là pour lui:  On doit être là tout le temps, pas seulement quand tout se passe bien."


Comment je devais réagir ? Tellement de chagrin et de peine. C’était douloureux et je souffrais pour lui, mais pas autant que lui souffrait, mais je resterai avec lui, ça serai faux de lui dire que je comprenais ce qu’il ressentait car ce n’était pas vraiment le cas. Chaque être humain souffre différemment mais la souffrance est là. Je n’avais pas la force de le retenir que je n’eue d’autres choix que de me mettre à genoux tout comme lui. Son bras me serrait fort que j’eue du mal à garder mon équilibre, je dus me tenir à lui, mes mains sur ses épaules, serrant la veste entre mes paumes pour ne pas tomber sur lui. S’enfuir ? Impossible. Je ne pouvais pas et ne voulait pas. Pourtant, je l’aimais vraiment, je pourrais mourir pour lui et prendre toute sa souffrance.  Hélas, pour son propre bien je ne lui accorderai pas cette faveur qui n’en serai pas vraiment une. Pas vrai ? Faut croire que les personnes n’avaient pas appréciés cette scène puisqu’ils étaient tous partis, nous fuyant comme si nous étions pire que la peste, mais je m’en moquais et quand les moindre regards se posèrent sur nous, je les observais d’un air confiant mais surtout protecteur. Ils valaient mieux qu’ils tracent leur route, ce qu’ils firent. Ses paroles m’irritèrent et que voulait-il que je dise hein ? J’étais déjà perdue par autant de peine que je n’avais pas vraiment la tête pour répondre.


« Tait toi juste. Qu’est-ce que tu veux que je dise ? Hein ? Tu voudrais que je te donne mon accord pour agir de la sorte pour ne plus te sentir aussi minable ? » – je parlais sans doute un peu durement mais ce n’était pas un problème. « Tu es déjà bien assez minable ainsi pour en rajouter une couche Kiyoshi. Je ne sais pas quoi te dire ni quoi faire. Il faut juste que tu te calmes d’accord ? C’est la seule solution pour le moment. Et puis je suis peut être ton ami mais je ne suis pas non plus ton psy. » - je ne savais pas comment tout cela allait évoluer et franchement je ne voulais pas le savoir sur le moment. Je voulais juste qu’il se relève maintenant, et qu’il arrête d’avoir une estime de soi aussi faible.  « Je t’en prie Kiyoshi, relève toi.  Kiyo … » - il tremblait et je commençais à m’inquiéter pour lui, encore plus que d’habitude. Je passais mes bras autour de sa taille et alors que j’étais sur le point de le relever, je l’entendis me dire ces derniers mots. Comment ? L’aider moi ? « Qu’est-ce que tu attends de moi Kiyoshi ? Je ne suis pas ton ange gardien je n’ai pas les solutions à tes problèmes ! Bon sang Kiyo ! Arrête s’il te plaît. » - je le suppliais d’arrêter de me faire autant culpabiliser, j’avais l’impression d’être inutile là, j’avais l’impression qu’il s’était enfermé lui-même dans cette souffrance, comme s’il le méritait. « Tu ne mérites pas de souffrir Kiyo ! Personne et surtout pas toi ! Laisse mon te prendre dans mes bras pour que tu puisses te relever même un tant soit peu, accorde toi du répit. Je suis si fatiguée. Allez hein … allons-nous asseoir. » - une manière comme une autre d’inverser tout ça, j’étais épuisée mais j’avais assez de force pour le relever, enfin c’est ce que je croyais car je perdis l’équilibre pendant quelques secondes, me tordant la cheville me relevant à l’aide de la rambarde avec peine. Au moins j’étais plus aussi perturbée. Ma cheville m’élançais mais ça passerai. Pas vrai Comme toutes souffrances, avec le temps, c’est le remède à tout. « Ecoute maintenant on va s’asseoir ! Je commence à avoir faim. Accorde-moi quelques minutes de répit tout comme pour toi. S’ tu ne veux pas venir et bien je t’en voudrais. » - je restais face à lui, passant mes bras autour de sa taille, en fait c’était un moyen de m’appuyer afin d’adoucir la douleur qui s’élançait de ma cheville. Je restais près de lui, sans doute trop mais franchement je m’en foutais. « Je suis sûre qu’il doit rester quelques viennoiserie et puis le café est sans doute encore chaud et puis il fait beau non ? Ta souffrance m’est là juste un peu en repos d’accord ? Tu le dois si tu veux te relever et être un homme dont tu pourras être fier, même si je suis déjà fier de toi, mais tu pourrais devenir se quelqu’un que tu ne soupçonnerai même pas.» - je ne sais pas comment devait être mon visage en ce moment, mais je commençais à marche auprès de lui, m’efforçant à ne pas boiter. Bon ok je disais tout ça parce que je voulais qu’il pense à autres choses et parce que c’était un moyen pour moi de passer outre la douleur, elle diminuait, donc ça marchais. Pas vrai ? Ce dont j'étais sûre, où plus prochond de moi c'est qu'il était un homme bien.


love.disaster


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Mar 17 Déc - 21:14

Il avait été trop loin, il le savait mais il n'arrivait plus à se contrôler dans ces moments. Hyo Jin faisait tout pour le ramener à la réalité et le blesser était la seul façon pour qu'il se ressaisisse un bon cou. Il essuyait sa face larmoyante d'un revers de sa manche et se fit relever par la jeune coréenne. Il savait qu'il devait l'écouter sinon jamais il pourrait avoir son fils. Il devait être fort maintenant et ne plus penser qu'à lui. Il avait encore fait une victime de son égoïsme, Kiyoshi avait bien vu qu'elle s'était foulée la cheville et la souleva dans ses bras pour l'amener jusqu'à la table.

-Tu vois y a encore du bon en moi. Il souriait mais son regard était plein de tristesse. Je vais être fort maintenant je te le promets et puis je vais prendre soin de toi et tu vas retrouver ton Tae! Et je viendrais vous voir avec Aido pour qu'il connaisse mes meilleurs amis enfin à condition que vous faites rien d'illicite dans notre cabine!

Il la laissa sur la chaise et partit en direction du bar pour demander des glaçons. 'Bouge pas j'arrive'. Le japonais revient avec une poche de glace qu'il appliqua sur la cheville et baissa la tête 'Pardon c'est ma faute!, Reste ici j'ai dit à ton patron que je ferais la fin de ton service'.

Il commença à s'affairer autour des tables ne sachant pas trop quoi faire et remuant beaucoup d'air pour rien. Kiyoshi fut assez fier d'avoir réussi à servir une commande lui qui n'avait jamais fait ça. Puis voyant la fin du service de Hyo Jin finir il retourna vers elle. 'Le spectacle était beau? ^^ Je vais m'occuper de toi maintenant! Comme tu as bien su prendre soin de moi'.

Il la prit dans les bras encore une fois et se dirigea vers la cabine de la jeune femme pour qu'elle se repose un peu. Malheureusement le boulet qu'il était se prit les pieds dans des jouets qui trainaient au bord de la piscine et tomba tête la première avec Hyo dans les bras dans l'eau. Il remonta à la surface, heureusement qu'il avait pied (grâce à sa grande taille) car il ne savait pas nager. Il sortit de la piscine faisant le beau et faisait genre d'avoir sauver Hyo Jin de la noyade.

_________________
Let me love you again
Formidable. Tu étais formidable. J'étais fort minable


Invité

avatar




Posté le Ven 20 Déc - 18:19




I COULD BE YOUR KRYPTONITE.

"Je reste avec toi parce que t'es mon ami. On l'aime en entier. On ne prend pas que les bouts qui nous plaisent, on ne le soutient pas que quand ce qu'il fait est bien. On l'aime quand il fait des erreurs, quand il marche de travers, quand il ne fait pas les bons choix. On ne choisit pas les moments où on doit être là pour lui:  On doit être là tout le temps, pas seulement quand tout se passe bien."


Je le laissais reprendre un temps soi peu le contrôle de ses émotions. Je l’aidais juste à se relever en me blessant bêtement. Je voulais pourtant ne pas lui montrer que j’avais mal, ce n’était pas mon genre de dévoiler ma souffrance en public ni encore moins face aux autres. J’étais surprise quand je sentis mon poids être lever par la force provenant de ses bras. « Qu’est-ce que tu fais ? Dépose-moi … » - j’essayais de descendre mais je sentis bien que c’était une bataille perdue d’avance. Je n’aimais pas la hauteur, j’avais peur de tomber. Je me tenais donc à lui, mes bras autour de sa nuque, légèrement tendue. Je le regardais sérieusement, tout en posant ma main sur son épaule « Je ne t’ai jamais dit qu’il n’y avait plus rien de bon e toi ! C’est juste que tu ne t’en rends pas compte ! Kiyo. » - je lui souriais, je suis touche quand il me dit qu’il va me protéger. « J’ai toujours su que tu me protégerais de tout et je t’en remercierai jamais assez de ne pas me laisser tomber non plus. » - je n’étais pas si différente de lui, j’étais une fille étrange avec un caractère bien à elle qui ne plaisait pas forcément à tout le monde. Mais lui, il était toujours là même si je n’étais pas une personne facile à cerner. Je ne savais pas trop quoi dire par rapport à Tae, je restais discrète sur mes sentiments. « Je veux juste qu’il soit heureux avant tout. Mon bonheur à côté du sien m’importe peu. C’est peut être triste à dire et c’est sans doute point enthousiasme, mais c’est ce que je ressens. » - je fais abstraction de ce qui nous entoure, ce que je sais c’est que c’est silencieuse et c’est très bien. « Je ne vois pas d’objection au fait de voir un jour ton fils, mais te précipite pas les choses et accepte les calmement pour être à l’aise ensuite, dans ton rôle de père. » - je me disais ce qu’il me semblait juste sans pour autant imposer moins point de vue sur les choses de la vie. J’étais loin d’être un modèle.


Je pose ma main sur le siège et je l’aide à m’asseoir, posant ma cheville blessée sur mon pied valide. Je le taquine. « On va dire que je ne peux pas vraiment bouger. » - je souris bêtement et je retiens mon rire qui tente de s’échapper de mes lèvres. Je le vois ensuite revenir avec les glaçons. Pendant ce temps j’avais retiré ma chaussure, le déposant doucement retirant ma chaussette et j’avais remonté mon pantalon jusqu’à mon genou. Grimaçant un peu, c’était quand même enflé mais ce n’était pas non plus trop grave. Je me demandais juste si j’arrivais à travailler demain. Je l’espérais en tout cas, ça me contrarié un peu. Je le vois s‘accroupir  je tente de tirer ma chaise pour lui laisser un peu plus de place ce que j’arrive à faire. Je pose ma main sur celle qui se trouve sur la poche près de ma cheville. Je suis surprise de ce que j’entends - « Hein ? Mais pourquoi Kiyo ? J’aurai pu me débrouiller tu n’avais pas à te mettre dans une pareille situation pour moi. »  - je me mords la lèvre inférieure et je m’avoue vaincus. Je suis quand même inquiète pour lui. « Fait attention à toi quand même ! Tu n’as pas vraiment l’habitude de tout ça … alors fait attention et applique toi ! » - je lève le poing comme pour l’encourager, avant de le laisser partir. Je pose ensuite ma cheville sur ma cuisse, laissant la poche sur celle-ci.  Mes yeux le quittèrent pas et le suivirent dans tous ses mouvements. Je voulais à plusieurs reprises me lever pour lui prêter main forte mais je n’en fis rien. Je devais le laisser se débrouiller seule, mais j’étais inquiète mais en même temps j’étais fière de lui. Il se débrouillait bien. Je me redressais quand il s’approche de moi une fois son « service » terminé. J’étais émue et je lui étais vraiment redevable. Je ne pus contrôler mes motions et je me jetais dans ses bras, cachant mon visage auprès de sa nuque, pour pas qu’il voit que j’étais prête à pleurer. « Merci Kiyo. Je ne sais pas ce que je ferai moi non plus, si tu n’étais pas là ! » - il me prit à nouveau dans ses bras je me laissais faire cette fois ci sans la moindre résistance.


La cabine. Je voulais vraiment y être pour pouvoir m’allonger afin de pouvoir récupérer. Par contre, une chose se produisit et je ne peux rien faire pour l’éviter. Nous nous étions retrouvés tous les deux dans l’eau. Sans pour autant paniquer mais j’avais horreur de boire la tasse. Une fois sous l’eau j’eus du mal à m’en dépatouiller toute seule. Quand je sentis le contact de Kiyo autour de moi je passais mes bras autour de sa taille et je le laissais nous remonter à sa surface. Toussant fortement, tout comme je tenais fermement sa chemise entre mes doigts, ne voulant pas le lâcher. Reniflant fortement. Mes yeux me brûlaient un peu. Mes paupières étaient closes et je sentis Kiyo me soulever et nous ramener sur la terre ferme enfin façon de parler. Sans pour autant le lâcher, je dus m’allonger sur le sol, posant ma tête sur ses cuisses. Ayant du mal à reprendre mon souffle, reniflant toujours, m’essuyant le bout du nez avec le dos de ma main. Ma douleur de ma cheville s’était éveillée, je ne pouvais m’empêcher de sangloter un peu même si je tentais de me faire discrète. Je me tenais à lui fermement. Le vent me fit frissonner, je ne pouvais pas parler pour le moment. Je sentis que lui était heureux de son geste héroïque, moi j’avais eu peur et j’avais encore plus mal que tout à l’heure. Je me lançais des injures hautes et fortes pour moi-même. Me mettant sur le dos, retrouvant un tant soit peu mon souffle. Je lui lançais un regard un peu étrange. Pourtant j’étais quand même « heureuse » de le voir comme ça.

love.disaster


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Mar 7 Jan - 15:59

Il faisait le fier de l'avoir sorti de l'eau mais un peu triste de l'avoir trempée par sa maladresse. Déjà elle se foulait la cheville à cause de lui manquerait plus qu'elle attrape un rhume ou pire. Tae San lui en ferait voir de toutes les couleurs si c'était le cas. Bien qu'il ne se l'admettait pas encore mais personne ne devait abimer sa petite Hyo sous peine de se faire refaire le portrait par ce dernier. Elle serrait fort la chemise de Kiyo entre ses petites mains au point que celle-ci lui moulait trop le torse et qu'il en soit gêné. Je la remontais sur le bord mettant sa tête sur mes jambes allongées pour qu'elle reprenne doucement son souffle et qu'elle se remette de cette petite émotion. Kiyo avait bien des mouchoirs dans ma poches mais ils étaient tous mouillés maintenant. Il la reprit dans ses bras pour aller en direction de sa cabine se trouvant juste au pont inférieur.

-Excuse moi mes grandes jambes se sont emmêlées...

Arrivé dans la porte de sa cabine le japonais ouvrit la porte comme il put et laissa Hyo devant la porte de la salle de bain.

-Prend un bonne douche chaude, utilise toutes les serviettes que tu veux je vais t'amener des vêtements chauds pour que tu puisses te changer.

En quatrième vitesse il amena le jogging préféré de Tae dans la sdb et le posa sur le lavabo puis embrassa le front de Hyo.

-Fait comme chez toi!!!

Il referma la porte derrière elle et la laissa se ressourcer sous la douche. Il  se changea dans sa chambre en éternuant plusieurs fois et enfila lui aussi des vêtements chauds.

_________________
Let me love you again
Formidable. Tu étais formidable. J'étais fort minable


Invité

avatar




Posté le Jeu 9 Jan - 23:02




I COULD BE YOUR KRYPTONITE.

"Je reste avec toi parce que t'es mon ami. On l'aime en entier. On ne prend pas que les bouts qui nous plaisent, on ne le soutient pas que quand ce qu'il fait est bien. On l'aime quand il fait des erreurs, quand il marche de travers, quand il ne fait pas les bons choix. On ne choisit pas les moments où on doit être là pour lui:  On doit être là tout le temps, pas seulement quand tout se passe bien."


Je fus quand même soulagée qu’il me laisse mettre mon visage sur ses jambes pour que je puisse récupérer mon souffle. J’avoue que je commençais à somnoler. Le sommeil devait commencer à se sentir, puisque mes paupières étaient lourdes. Je sortis de ce sommeil quand il me souleva à nouveau dans ses bras. Je me tenais à lui désespérément pour ne pas changer. C’était mon ami et il le restera, même s’il peut parfois se montrer maladroit. Peut-être qu’être très grand ça n’est pas toujours un avantage. Je  lui réponds simplement tout en ébouriffant ses cheveux.



« C’est pas grave du tout Kiyo. » - je lui souris puis je baille ensuite – « Ce n’est pas comme si t’avais fait ça exprès. » - je le laisse nous emmener où il souhaitait. Nous sommes maintenant devant la cabine que Kiyo partage avec Tae. Je regarde la porte avec attention puis je l'aide comme je peux pour ouvrir la porte. Une fois que nous sommes entrés, il me dépose par terre et je pose à nouveau mes pieds sur le sol. Je m’appui contre le mur pour avoir un appui. Je veux quand même ménager ma jambe comme je le peux. Je suis devant la salle de bain et quand il me propose de me doucher, j’ouvre la porte et j’entre sans hésiter. Je commence à enlever ma veste que je pose sur l’évier. Je tords mes cheveux pour enlever l’eau qu’il y a. Puis je le vois revenir et je le laisse poser les vêtements. Je pose ma main sur son épaule quand il me pose un bisou sur le front et je le laisse partir ensuite. Je souris un peu puis une fois qu’il est sorti, je ferme la porte à clé. Je me déshabille rapidement, regroupant mes vêtements mouillé dans un tas, que je mets au coin de l’évier. Je prends ensuite une bonne douche chaude, après tout un gel douche pour les hommes n’est pas une chose déplaisante. Ca sent très bon même. Une fois toute propre. Je prends deux serviettes dans le placard et je commence à m’essuyer sans plus tarder.



Une fois que c’est fait. Je prononce un grand soupir de satisfaction. J’enfile els vêtements sur moi, ils sont chauds et confortables. Je sens l’odeur de Tae sur ses vêtements, je ferme les yeux un moment pour apprécier. Je m’attache les cheveux rapidement, sans vraiment y prendre un grand soin. Je sors de la salle de bain et je me dirige vers le bruit que j’entends et j’ouvre la chambre. Je le vois en train de se changer, mais je ne dévie pas le regard pour autant. Il est juste torse nu il n’y a pas mort d’homme. Je fermer la porte derrière moi, collant mon dos contre celle-ci pour attirer son attention. « T’a pas attrapé un coup de froid Kiyo ? » - je m’avance vers lui, une fois qu’il a mis son t-shirt, je pose une main sur son front, un peu inquiète. Pas de fièvre apparente. Je remets ses cheveux correctement tout en souriant. Je tourne ensuite sur moi-même. « Je suis classe là-dedans pas vrai ? » - je ris bêtement, mais je grimace un peu quand j’ai trop forcé sur mon pied. Je m’assois sur le lit et je masse ma cheville. Je regarde autour de moi, curieuse.  « C’est ta chambre ? » - je lui souris puis mon ventre cri famine. Je pose ma main sur mon estomac comme pour atténuer le bruit. Je grimace un peu. « Je crois que j’ai besoin de manger un truc. » -  je le regarde puis je souris un peu mal à l’aise de l’avoue.


love.disaster


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Lun 27 Jan - 11:59

Kiyoshi se changeait tranquillement dans sa chambre bien qu'il éternuait beaucoup. Il se sécha les cheveux rapidement pour pas tomber malade et inquiétait Hyo Jin pour rien. D'ailleurs entendre l'eau coulée le rassurait, elle devait se détendre entre le boulot, son mal à la cheville et Tae San, son cerveau devait bouillonait. Au tour de Kiyo de montrer qu'il prenait soin de ses amis. J'enfilais un pantalon chaud et de grosses chaussettes et tout en restant torse nu j'attrapais Heian dans mes bras pour la câliner. Les animaux nous aiment sans rien demander en retour, ils ne sont pas égoïstes comme nous. L'eau s’arrêta et le japonais rigolait déjà dans sa tête rien qu'à l'idée de voir son amie dans le jogging de Tae. Elle devait nager dedans et en la voyant arrivait dans la chambre il ne put se retenir de pouffer comme un babo. Il enfilait un t-shirt après qu'elle ait refermé la porte. Elle avançait pour toucher mon front froid inquiète de mes éternuements.

-Non je n'ai pas attrapé froid maman ♥. 

Elle riait autant que lui pour lui avoir donner les vêtements grands de Tae, et Kiyoshi lui retroussa les manches trop longues.

-Tu es toujours très jolie peu importe ce que tu mets. Oui, c'est ma chambre tu pourras y venir quand tu veux , quand tu en as besoin enfin peu importe quand ^^.

Heian, la chienne de Kiyo, alla s'asseoir sur les genoux de Hyo Jin et lui lécha doucement la main. Il se leva en entendant le ventre de son amie gargouiller et ouvrit la porte.

-Vient je vais te faire un bon repas. Tu as envie de quoi?

C'était la première fois qu'il cuisinerait pour elle. Il avait ce talent que pas grand monde connaissait, il cuisinait souvent pour Tae et lui et vu comme son meilleur ami grandissait à vu d'oeil cela devait être bon. Il l'aida à se lever à cause de sa cheville et l'amena à la table. Il sortit de la glace et l'a mis dans une poche puis lui donna.

-Tient en attendant pose cela sur ta cheville. Tu veux boire quelque chose de chaud aussi?

_________________
Let me love you again
Formidable. Tu étais formidable. J'étais fort minable


Invité

avatar




Posté le Mer 5 Fév - 13:50




I COULD BE YOUR KRYPTONITE.

"Je reste avec toi parce que t'es mon ami. On l'aime en entier. On ne prend pas que les bouts qui nous plaisent, on ne le soutient pas que quand ce qu'il fait est bien. On l'aime quand il fait des erreurs, quand il marche de travers, quand il ne fait pas les bons choix. On ne choisit pas les moments où on doit être là pour lui:  On doit être là tout le temps, pas seulement quand tout se passe bien."


Je me doutais bien qu’il aurait se mettre à rire en me voyant arriver dans la chambre. Ce qui n’est pas étonnant du tout, surtout quand vous portez sur vous des vêtements qui sont bien trop grand et ou vous nagez dedans. J’avoue que je le comprends je devais vraiment être drôle à regarder en ce moment.  Je rougis quand même, car je ne peux pas m’empêcher de me sentir un peu gêné.  Je lui caresse les cheveux tendrement, quand il me surnomme ainsi, je ne boude pas et je ne le prends pas trop trop mal.



- « Tu ne me vois pas comme une femme alors mais comme une mère ? » - bon j’avoue qu’avec les vêtements que je portais, il ne mettait pas ma féminité en avant. Je le laisse retrousser mes manches tout en le fixant quand il me compliment, je rougis de plus belle car je ne me vois pas comme une femme séduisante. Le fait qu’il me dise que je pourrais revenir quand je le voudrais je suis touchée profondément. Je le prends dans mes bras pour le remercier de se soucier de moi, autant qu’il le fait alors que je pense souvent ne pas le mériter.



Sa chienne vint s’asseoir sur mes genoux, je fus surprise un moment mais voyant qu’elle n’était pas du tout agressif, je caresse son poil tout doucement et elle a l’air d’apprécier. Kiyoshi me parler de nourriture et la chienne a l’air d’être intéressé par cette idée puisqu’elle se lève subitement. Je ris un peu, je me relève ensuite difficilement mais c’est tout de même moins douloureux qu’à tout début. Ce que j’ai envie je ne sais pas du tout en fait, je suis confuse.


- « Je ne sais pas je mangerai ce que tu voudras je ne suis pas difficile. ». Quand il me demande de m’asseoir à nouveau sur le lit et bien je l’écoute sagement et je ne rebiffe pas. Il se penche vers moi et je ne fuis pas devant son geste quand il passe son bras autour de ma taille pour m’aider à marcher. Je me tiens à lui pour avoir le moins d‘appui possible. Je m’assois sur la chaise et je le regarde se déplacer et ramener une poche. Je prends ce qu’il me tend sans résister. Je suis bien docile je trouve et ça doit sans doute l’étonnait. Je pose la poche sur ma cheville.



« Un café ou une soupe c’est comme tu veux ça fera l’affaire. ». Je ne veux pas l’embêter et j’avoue que j’ai hâte de savoir ce qu’il va bien pouvoir nous préparer. Je le regarde faire la cuisine et les bonnes odeurs commencent à se répandre. – « Tu vas nous faire quoi de bon ? ». Ma curiosité revient au galop et je ne cesse de le regarder et je ne peux m’empêcher de me sentir toucher de le voir agir avec autant de soin pour moi.


love.disaster


Crazy Crazy cool

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
A embarqué le : 09/11/2013
Notes : 301
Sur le bateau je squatte : ma cabine ou celle de Eunnie ♥


Posté le Lun 3 Mar - 9:14

Kiyoshi avait sorti différents ingrédients sur le plan de travail de la petite kitchenette. Il avait décidé de lui faire des nouilles sautées aux légumes et poulet mais il garderait tout cela secret. Oui il sera toujours espiègle avec elle. Le japonais se retourna vers elle, regarda Heian poser sa tête sur les jambes de son amie et sourit.


-Je crois qu'elle t'aime beaucoup, c'est rare qu'elle soit docile comme ça.

Kiyoshi lui prépara un café en attendant et lui amena.


-Tu verras, c'est une surprise ^^ ! J'espère que t'aimeras c'est rare que je cuisine pour quelqu'un, en principe je suis seul à manger.

Il retourna s'occuper de couper les légumes. Il faisait des morceaux moyens ni trop petits ni trop épais. Ils devaient être légèrement croquants et savoureux. Il assaisonna le tout et ajouta le poulet qu'il avait pris soin de couper en morceaux. Quand il ouvrit le placard il s'aperçut qu'il n'avait plus de nouilles. Il changea alors et prepara donc du riz frit. Une fois les différentes préparations prêtes il les mélangea. Il couvrit le tout le temps de mettre la table.

Il amena les assiettes, des couverts et des verres puis disposa le tout en face de Hyojin.


-Voilà c'est prêt ma chère.

Il la servit avant lui et posa la casserole au milieu de la table. Son estomac criait aussi famine.

-Soit honnête! Tu aimes?

_________________
Let me love you again
Formidable. Tu étais formidable. J'étais fort minable



 

Pure Morning

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Robert Randolph au New Morning le 2 août 2010
» Monday Morning...sympa ce duo !
» Radio Pure Electro - Nice > 13 Juillet
» [VIDEO] Blame It On The Girls - Good Morning America
» K & K pure resonator pick up